© Annie Guay Photography Elysabeth Demersa gagné quatre prix lors des compétitions de costumes au Otakuthon, au Geekfest et au FanExpo de Toronto, notamment pour son interprétation du nain Fili, qui figure dans le film Le hobbit. La 11e édition du festival montréalais Otakuthon aura lieu ce week-end.

Les jours de semaine, Elysabeth Demers est une jeune étudiante en génie mécanique. Ce week-end, elle deviendra Ganondorf, le seigneur du mal dans le jeu vidéo japonais Hyrule Warriors, lors du festival Otakuthon.

Elysabeth se fait également appeler Marylin Stark Oaken­shield dans le monde du cosplay, ce loisir qui consiste à se déguiser et à interpréter physiquement un personnage de manga, de bande dessinée ou de film, dont des milliers d’adeptes se déplaceront ce week-end au 11e festival mont­réalais consacré à la culture japonaise.

«La plupart des cosplayers ont un nom différent sur Facebook parce que leur passion n’est pas nécessairement bien vue de tout le monde, comme des employeurs», souligne-t-elle.

Elysabeth, qui possède une bibliothèque de plus de 400 mangas, se dévoue corps et âme à ses personnages. Comme pour la plupart des trois à quatre costumes qu’elle confectionne de A à Z chaque année, son apparat de Ganondorf lui a demandé quatre mois de travail, à raison de 20 heures par semaine.

«J’ai passé beaucoup de temps à apprendre à coudre, à poser des zippers, à travailler le cuir, les thermoplastiques, la mousse, rapporte Elysabeth, qui s’est lourdement équipée pour réaliser le tout. Je ne me tanne jamais. J’aime vraiment faire mes patrons et la peinture, mais j’aime moins sabler des armures, faire des chaussures et des pantalons.»

ACTU - Elizabeth Demers-5196 2«C’est un univers sans fin où il n’y a pas de barrières, où tout est possible.» – Elysabeth Demers, alias Marylin Stark Oakenshield

Ses efforts portent fruits. Elle a gagné quatre prix lors des concours de costumes à Otakuthon, au Geekfest et au FanExpo de Toronto, notamment pour son interprétation du nain Fili, qui apparaît dans le film Le Hobbit. Ces victoires l’ont fait monter au niveau de cosplayer artisan, le dernier avant celui de maître.

«Les juges sont très sévères. Ils vont examiner ton maquillage, tes proportions, tous les petits détails. La performance sur scène est aussi prise en compte», rapporte la compétitrice.

Pour Elysabeth, une part de la récompense est aussi la fierté qu’elle ressent lorsqu’elle présente des créations aussi réalistes. «Quand tu le portes, tu te sens fort, invincible même, ajoute-t-elle. Quand les gens viennent te parler, partager leurs propres réalisations et se prendre en photo avec toi, c’est l’fun. Tu sens que tu fais partie d’une communauté.»

Pour sa huitième participation à Otakuthon, Elysabeth ne concourra pas. Elle va toutefois prendre part à un jeu d’échecs géant sur lequel des personnages japonais s’affronteront au moyen de répliques et de combats. «C’est un peu comme une pièce de théâtre, précise la comédienne occasionnelle. J’ai beaucoup de texte à apprendre.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!