Archives | Ryan Remiorz/La Presse Canadienne Michael Applebaum et son avocat Pierre Teasdale.

MONTRÉAL — L’audition de la requête en arrêt de procédures de l’ex-maire de Montréal Michael Applebaum s’est conclue par une autre demande inusitée, vendredi.

L’avocat de M. Applebaum, Pierre Teasdale, conteste, cette fois, l’épaisseur du cahier de notes prises par les policiers et la Couronne lors de rencontres préparatoires avec le témoin clé au dossier, estimant qu’il y manque des informations, ce qui empêche son client de préparer une défense pleine et entière.

«Vous voulez que le tribunal jauge l’épaisseur des notes par rapport à la durée des rencontres?» s’est étonné le juge Daniel Bédard, de la Cour du Québec, devant la teneur de cet élément de la requête de la défense.

«Oui», a répondu Me Teasdale qui, lundi, avait reproché cette fois à la Couronne de ne pas lui avoir divulgué le contenu de multiples communications avec ce témoin, contenu pourtant inexistant puisque les policiers ne les ont pas notées, affirmant qu’elles ne portaient nullement sur la cause.

Vendredi, Me Teasdale a fait valoir cette fois que le témoin en question a été rencontré durant plusieurs heures, soit toute la journée les 23 et 24 avril 2015 et une demi-journée le 27 avril suivant et que le cahier de notes, selon lui, n’est pas assez garni pour refléter ces heures de rencontre.

Par ailleurs, il demande de consulter plus en profondeur les notes existantes de ces rencontres afin de voir si elles contiennent de nouveaux éléments de preuve.

La procureure de la Couronne, Corinne Girard, invoque pour sa part le privilège de confidentialité puisqu’il s’agit de rencontres visant à préparer la stratégie en Cour.

Me Girard a indiqué que tout nouvel élément de preuve qu’elles pourraient contenir a été remis à la défense et que le reste n’a pas à être divulgué.

Le juge Bédard a alors entendu la Couronne, seule et à huis clos, afin de réviser avec celle-ci le contenu des notes en question et évaluer si elles contiennent des éléments qui auraient dû être transmis à la défense.

Il rendra sa décision le 12 septembre prochain.

Michael Applebaum, qui a été maire de Montréal de novembre 2012 à juin 2013, fait face à 14 accusations de fraude envers le gouvernement, complot, abus de confiance et actes de corruption dans les affaires municipales. Les gestes qu’on lui reproche concernent des projets immobiliers et seraient survenus de 2000 à 2012 alors qu’il était maire de l’arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

M. Applebaum a tenté une première fois, en juin dernier, de faire arrêter les procédures en invoquant des délais déraisonnables dans sa cause, lui qui a été arrêté et accusé en juin 2013, mais le tribunal a rejeté cette demande et a devancé le procès — initialement prévu en septembre 2017 — au mois de novembre prochain.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!