Collaboration spéciale Cet été une partie du pipeline offerte aux intempéries avait été découverte par des citoyens en Montérégie.

Nature Québec demande à l’Office National de l’Énergie (ONÉ) la fermeture immédiate du pipeline Trans-Nord, un pipeline peu connu qui fournit notamment l’aéroport en carburant.

Incapable de répondre aux exigences de l’ONÉ depuis 6 ans, le pipeline s’est vu récemment astreindre à une baisse supplémentaire de pression de 30%. Deux des 11 commissaires de l’ONÉ ont même suggéré de fermer temporairement le pipeline le temps que l’entreprise se conforme eux exigences techniques demandées.

«L’imposition de nouvelles conditions après l’échec dans l’application d’au moins 9 des 15 conditions édictées précédemment constitue ni plus ni moins qu’une récompense pour le mauvais comportement de l’entreprise estime l’organisme. Et ce, au moment même où l’Office tente de se refaire une crédibilité dans le processus d’examen du projet Énergie Est», a déclaré Nature Québec qui n’écarte de recourir aux tribunaux.

Le pipeline traverse notamment la rivière des Outaouais avant de passer dans le parc d’Oka et de rejoindre Laval et Montréal. Il menace donc tout autant les prises d’eau potable de la métropole, qu’Énergie Est, en cas de déversement majeur. Il peut transporter jusqu’à 15 millions de litres de carburant par jour.

Lire aussi: Le pipeline Trans-Nord exposé aux intempéries

 

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus