Chantal Levesque/Métro

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, s’attend à ce que des pénalités soient imposées au consortium Construction santé Montréal pour le nouveau délai dans la livraison du nouveau CHUM, le super-hôpital devant regrouper les hôpitaux universitaires Notre-Dame, Saint-Luc et Hôtel-Dieu.

«C’est un partenariat public-privé. Des gens ont pris des risques. Le risque est sur les épaules de ces gens-là. (…) Il y a une entente qui prévoit des pénalités», a indiqué le ministre, jeudi matin, à l’Assemblée nationale.

La réalisation du nouveau CHUM repose sur un partenariat public-privé (PPP).

Le quotidien La Presse révèle que le consortium, qui avait été incapable de livrer le bâtiment en avril dernier tel qu’initialement prévu, ne sera pas en mesure de respecter davantage le nouvel échéancier du 6 novembre.

«Ce qui aurait été adéquat, c’est le mois d’avril dernier, a dit le ministre. À chaque fois, c’est une déception pour moi. C’en est une encore aujourd’hui.»

Le ministre Barrette assure que ce retard n’aura aucune conséquence sur les patients puisque les hôpitaux qui doivent y être regroupés sont toujours ouverts.

Outre les pénalités imposées au constructeur, le retard n’aura donc, selon le ministre, que des conséquences «d’ordre conceptuel».

M. Barrette s’est défendu d’avoir quelque responsabilité personnelle que ce soit dans ce dossier.

«Je suis content que vous rappeliez que ce n’est pas moi qui ai pris l’engagement», a-t-il affirmé en réponse à une question, tout en reconnaissant que l’engagement provenait d’un gouvernement libéral, celui de de Jean Charest.

«Ce n’est pas moi qui visse les vis et qui coule le ciment», a-t-il senti le besoin d’ajouter.

Le ministre n’était pas en mesure de donner une nouvelle date de livraison jeudi matin, mais s’attendait de pouvoir le faire en fin de journée, une fois reçu l’avis du consortium.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!