Jean Laramée/TC Media Présentation du projet-pilote de géolocalisation au parc Michel-Chartrand, à Longueuil, qui sert d'inspiration au projet de la Sépaq.

La Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) compte installer, au cours des prochains mois, des balises géolocalisées au parc national du Mont-Saint-Bruno afin de trouver plus rapidement les visiteurs en situations d’urgence.

Cette mesure survient après qu’une joggeuse ait été attaquée au parc au début du mois de septembre. Un suspect, Yves Roy, est accusé de tentative de meurtre.

Lucie Boulianne, responsable des communications de la SÉPAQ, assure que le parc reste «un endroit sécuritaire, patrouillé quotidiennement». Elle rappelle que l’agression demeure un cas isolé.

Un projet similaire de balises géolocalisées a été mis en place par la Ville de Longueuil au parc Michel-Chartrand en juin dernier. C’est d’ailleurs à l’invitation du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) que la direction du parc national s’est rendue sur place pour découvrir ce système. Le système du parc Michel-Chartrand a permis, depuis sa mise en place, le repérage d’une dizaine de personnes ayant contacté les services d’urgence depuis les sentiers.

Le système implanté au parc national du Mont-Saint-Bruno utilisera la signalisation déjà existante sur le territoire. Pour le moment, aucune autre parc national ne serait visé par un tel système, selon Mme Boulianne.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus