Chantal Levesque Le théâtre Empress a été fermé en 1992 en raison d'un incendie. Plusieurs tentatives visant à le revitaliser ont échoué.

Arrivant difficilement à assurer son financement, le groupe Cinéma NDG, qui propose de revitaliser l’historique théâtre Empress, a dû revoir son budget à la baisse et propose maintenant un projet plus «réaliste».

L’organisme est toutefois persuadé de pouvoir atteindre son nouvel objectif de financement de 9,5 M$, visant à rénover complètement l’ancien théâtre de style néo-égyptien rue Sherbrooke Ouest, dans l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, fermé depuis 1992. Le projet initial prévoyait des investissements de quelque 12 M$.

«On est revenu avec quelque chose d’un peu plus réaliste en terme du financement qui est disponible, a expliqué la directrice générale de Cinéma NDG, Élaine Éthier. On a réussi à remmener ça à des couts beaucoup plus raisonnables et réalistes. Ç’a été beaucoup ça le travail dans les derniers mois.»

Des plans architecturaux préparés par la firme Sid Lee et publiés fin août ont dû être modifiés, entre autres pour retirer une salle multifonctionnelle prévue au 4e étage.

«L’essence du projet reste la même», assure toutefois Mme Éthier. Le projet prévoit entre autres 2 salles de cinéma de 60 places et une autre de 250 places au 2e étage, ainsi qu’une salle de spectacle de style cabaret et un restaurant au rez-de-chaussée.

La programmation envisagée est «du pur cinéma, du cinéma d’auteur, vraiment dans la dynamique des cinémas art-house aux États-Unis ou en Europe», illustre Mme Éthier.

La directrice générale affirme qu’il manque «un morceau» du financement nécessaire pour mener à bien le projet,  soit celui du financement populaire. La Ville de Montréal ne cédera le bâtiment à Cinéma NDG que si le montage financier du projet est assuré à 100%.

Pour atteindre ses objectifs, l’organisme lancera en janvier une initiative «d’obligations communautaires», un tout nouveau concept pour financer les organismes sans but lucratif, selon Mme Éthier. Des citoyens pourront acheter des obligations à l’organisme, pour ensuite récupérer un modeste rendement sur leur investissement.

«C’est une forme de financement qui va être super intéressante pour les organismes à but non lucratif et c’est vraiment une belle alternative», juge Mme Éthier.

Des initiatives similaires seront dévoilées par d’autres organismes sans but lucratif au cours d’un cocktail de lancement le 26 octobre, soutient-elle.

Le théâtre Empress, construit en 1927, et a été conçu par l’architecte Alcide Chaussé. L’homme a puisé son inspiration dans la découverte de la tombe du pharaon égyptien Toutânkhamon, en 1922. Il a été ses portes en 1992 en raison d’un incendie. Plusieurs autres tentatives visant à le revitaliser ont échoué.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!