Intégrés à un bâtiment multidisciplinaire, dédiés à la formation incendie, ou encore reconvertis en café et lieu de travail, voici quelques-uns des projets retenus par la Société de transport de Montréal (STM) pour donner une seconde vie aux voitures de métro MR-63.

À l’occasion des festivités entourant le 50e anniversaire du Métro, vendredi, la STM a dévoilé les sept projets finalistes retenus, parmi les 36 soumis, pour recycler les voitures de métro qui seront remplacées au fur et à mesure par les nouvelles Azur.

«Les finalistes proposent des projets porteurs et originaux qui garderont présentes dans le paysage montréalais et québécois les voitures MR-63 qui font partie de notre histoire», a indiqué M. Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la STM.

Parmi les sept finalistes, deux sont des «projets signatures à grand déploiement». Le premier, le projet MR-63, superposera huit voitures afin de créer un bâtiment multidisciplinaire dans Griffintown. Le second, le projet d’ÆDIFICA récupérera une douzaine de voitures afin de les recycler comme les composantes principales d’un complexe multifonctionnel privé et public.

«Ces deux projets ont été salués par le jury. Ces projets, plus ambitieux, semblaient mettre en valeur les MR-63 d’une manière spectaculaire et s’ils sont menés à terme nécessiteront davantage de travail que les autres», a souligné  M. Schnobb.

De plus, trois «petits projets à vocation variée» ont également été retenus. L’école des pompiers du collège de Montmorency utilisera une voiture pour former ses futurs pompiers aux interventions dans le réseau du métro. Quant à Polytechnique, elle convertira une MR-63 en un café pour travailler, le FAB LAB. Le troisième petit projet verra le jour au Jardin de Métis, en Gaspésie.

Deux projets artistiques ont été choisis: l’installation TAZ, qui utilisera une voiture et des bancs, ainsi que «Seuils» de Michel de Broin qui nécessitera 16 portes pour la réalisation de son œuvre.

capture-decran-2016-10-14-a-4-58-32-pm

L’installation TAZ

capture-decran-2016-10-14-a-4-58-47-pm

L’œuvre «Seuils» de Michel de Broin

 

 

 

 

 

 

«Tous ces projets aboutiront si les soumissionnaires respectent toutes les conditions imposées, telles que la confirmation du terrain, le plan de transport, la prise de possession, le respect du caractère public et collectif du projet.»

De plus, une voiture sera également envoyée au Musée ferroviaire de Saint-Constant.

L’arrivée des Azur

En mars dernier, la STM avait lancé un appel de projets afin que certaines des 336 voitures de métro MR-63 soient réutilisées dès la fin de l’année. Les projets devaient être présentés avant le 1er juin à la STM. Au total, seulement une vingtaine de voitures seront ainsi récupérées, les autres seront recyclées. «Trois voitures ont déjà été recyclées, a précisé le président de la STM. Dès qu’on reçoit une Azur il faut qu’un MR-63 libère l’espace.»

Le projet Azur s’installe progressivement sur le réseau – 7 voitures sont déjà en circulation et des MR-73, ont déjà commencé à rouler sur la ligne verte. La STM devra avoir reçu tous les Azur d’ici 2018, toutefois les MR-73 ne seront pas remplacées avant les années 2030.

«On continuera à les utiliser pendant une vingtaine d’années parce qu’elles sont encore fiables, a précisé M. Schnobb. Les 2G$ que nécessite le remplacement de la flotte sont plus utiles pour le moment pour l’entretien du réseau et le gouvernement nous appuie dans cette décision.» Par ailleurs, le président de la STM a ajouté que d’ici les années 2030, la majeure partie de l’entretien sera terminée et la STM «sera en mesure d’investir un montant substantiel pour le remplacement des rames.»

Métro branché

Vendredi, les stations Côte-Sainte-Catherine, Plamondon et Namur ont été raccordées au réseau sans fil, s’ajoutant ainsi aux 25 stations de métro déjà branchées au wifi. «D’ici la fin de l’année, ce sont toutes les stations de Mont-Royal à Côte-Vertu.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!