Josie Desmarais/Métro Les cols bleus ont débrayé de façon illégale 8 décembre 2015 à Montréal.

Le Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal (SCFP) a été reconnu coupable d’outrage au tribunal pour avoir organisé un débrayage illégal le 8 décembre 2015.

La Cour supérieur du Québec a tranché en faveur de la Ville de Montréal dans un jugement publié jeudi.

En moyens de pression face à la Loi 15 sur la réforme des régimes de retraite, le syndicat des cols bleus avait averti la Ville qu’il tiendrait une assemblée générale le 8 décembre 2015. Cela signifiait que de nombreux employés ne pourraient pas compléter les heures de travail.

Jugeant ce débrayage comme illégal, la Ville a déposé une plainte à la Commission de relations de travail (CRT). «Le 8 décembre 2015, la CRT ordonne aux intimés d’informer les membres de la teneur de l’ordonnance, à savoir: fournir leur prestation de travail normale et habituelle et prendre toutes les mesures nécessaires à cet effet», indique le jugement de la Cour supérieur.

Malgré la décision de la CRT, des centaines de cols bleus ont pris part à l’assemblée générale.

Selon le juge Michel Déziel, le SCFP a «transgressé sciemment et volontairement l’ordonnance en refusant d’y obéir et de s’y conformer». Le syndicat aurait pu annuler son assemblée, a fait remarqué M. Déziel.

Le juge a refusé l’argument du syndicat qui disait ne pas être coupable d’outrage car ses membres n’était pas au courant de l’ordonnance de la CRT. Même si le SCFP a refusé de comparaître à cette audience, l’ordonnance est «claire et sans ambiguïté», a noté le juge Déziel.

«Ils ont choisi de persister dans leurs actes prohibés et ont ainsi incité les salariés, membres du Syndicat, à se livrer à une grève générale. Ce faisant, ils ont entravé et défié le cours normal de l’administration de la justice, portant atteinte à l’autorité et à la dignité de la CRT, des tribunaux ainsi qu’à l’intégrité des services auxquels la population a droit», conclut la Cour supérieure.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!