En 2017, la Société de transport de Montréal (STM) investira presque 300M$ de moins dans des projets visant à maintenir et à améliorer les services aux citoyens que ce qu’elle avait prévu l’an dernier, a-t-on appris mercredi dans son Programme des immobilisations (PI) 2017-2026.

Le budget de ces projets sera de 887,4M$ plutôt que de 1,2G$. Pour l’opposition officielle à la Ville de Montréal, cela sera insuffisant. «Les longues files aux arrêts de bus et les métros bondés continueront d’être le lot quotidien des usagers», prédit Craig Sauvé, l’élu responsable du transport à Projet Montréal. Il souligne que selon le Plan 2020 initial de la STM, cette dernière devrait avoir actuellement près de 2000 autobus dans les rues alors qu’elle n’en possède que 1737.

Pour la première fois, le PI présente des prévisions d’investissements jusqu’en 2027. C’est 3,9 G$ qui ont ainsi été autorisés pour les 10 prochaines années. Le réseau de métro recevra 85% de cette enveloppe, soit 3,3 G$. Là-dessus, 1,3 G$ iront à l’acquisition des voitures de métro AZUR. La réfection de la station Berri-UQAM et le programme d’accessibilité universelle des stations de métro font partie des projets qui recevront du financement.

Le réseau d’autobus bénéficiera quant à lui de 552M$. Le tiers de cette somme servira au remplacement de 84 bus et à l’ajout de 23 bus en 2017 dans le souci «d’améliorer l’expérience client», indique le document déposé par la STM.

Une somme de 41M$ d’ici à 2019 servira à terminer le déploiement du réseau iBus d’information des passages en temps réel, qui a déjà dépassé les estimations initiales et devrait atteindre le coût de 155M$. Pour Projet Montréal, l’étalement de ces investissements indique que le projet iBus aura finalement mis 5 ans de plus que prévu pour se déployer complètement.

Afin de répondre à la clientèle à mobilité réduite, la STM consacrera 22M$ à l’achat de 46 minibus.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus