Ryan Remiorz/La Presse Canadienne Philippe Pichet, directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM)

Malgré les nouvelles révélations sur l’espionnage des journalistes, le maire de Montréal, Denis Coderre, a réitéré dimanche faire confiance au directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet.

«Nous sommes dans une société de droit. Ça veut dire qu’on ne commencera pas à faire du lynchage en public. On ne commencera pas à condamner quelqu’un tant qu’on n’a pas tous les faits», a martelé dimanche le maire.

Samedi, La Presse révélait que des mandats d’écoute avaient été obtenus par le SPVM sur deux de ses journalistes, Patrick Lagacé et Vincent Larouche, ce qui avait jusqu’alors été nié par M. Pichet. Dans un communiqué émis samedi, le directeur du SPVM a encore nié avoir placé les journalistes sous écoute, malgré l’obtention des mandats.

Le SPVM se retrouve dans la tourmente depuis la semaine dernière, lorsqu’il a été révélé que les appels entrants et sortants de M. Lagacé avaient été répertoriés par le SPVM. Jeudi, le SPVM avait avoué qu’un autre journaliste avait été épié de cette façon, sans dévoiler son identité.

M. Coderre a annoncé que l’inspecteur général de Montréal, Denis Gallant, mènera une enquête administrative sur cette affaire au sein du SPVM. Le maire a aussi affirmé qu’il y aura une réunion à huis clos de la commission de la sécurité publique et qu’un rapport sera rendu public.

«Je n’ai aucune raison de douter de [M. Pichet], alors laissons-le passer à travers le processus. Si la vérification nous mène ailleurs, on va prendre les décisions qui s’imposent», a dit M. Coderre.

Le conseiller de ville du district Jeanne-Mance pour Projet Montréal, Alex Norris, a réaffirmé que son parti réclame que M. Pichet se retire, le temps de mener l’enquête.

«[M. Coderre] prétend qu’il y a un lynchage public de M. Pichet. Je ne pense pas que c’est un lynchage public de demander un minimum de transparence et d’imputabilité de la part de notre chef de police», a-t-il affirmé.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus