Facebook Photo tirée du compte Facebook de Patrick Lagacé

Le chroniqueur Patrick Lagacé a été espionné par le Service de police de la Ville de Montréal pour une autre affaire, en 2014, selon des nouvelles informations révélées par La Presse. Cette nouvelle histoire concerne le maire de Montréal, Denis Coderre.

Dans un texte publié lundi matin, M. Lagacé raconte comment une histoire de contravention impayée impliquant Denis Coderre a mené le SPVM à obtenir ses relevés téléphoniques auprès de son fournisseur cellulaire.

En 2012, une policière a intercepté le maire, alors député fédéral de Bourassa, au volant d’un véhicule dont l’immatriculation n’avait pas été payée. Elle lui a remis une contravention de 444$. Deux ans et demi plus tard, une rumeur a commencé à courir: Denis Coderre n’aurait jamais payé cette contravention. Un informateur en fait part à Patrick Lagacé, qui commence à faire des vérifications. Finalement, M. Lagacé choisit de ne pas écrire sur cette histoire, quand un informateur lui mentionne que M. Coderre avait payé sa contravention.

Toutefois, dans ses vérifications, le chroniqueur s’était adressé à l’attachée de presse du maire pour lui demander si M. Coderre avait payé cette contravention. C’est ce courriel qui a déclenché une enquête criminelle au SPVM pour savoir qui avait parlé au journaliste.

Dans une entrevue accordée lundi matin à Paul Arcand au 98,5fm, Denis Coderre s’est défendu d’avoir demandé une enquête relativement à cette histoire. «Moi, je suis victime là-dedans. J’ai demandé à M. Parent [directeur du SPVM à cette époque]: “Est-ce que c’est légal cette affaire là?” […] Il faut que le leadership de l’époque puisse s’expliquer.»

La semaine dernière, La Presse avait révélé que son chroniqueur avait été surveillé par le SPVM au début de l’année 2016.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus