Cette question a été posée sur le site CurioCité où les citoyens de Montréal peuvent s’adresser directement aux journalistes de Métro et poser leurs questions.

***

L’autoroute Bonaventure, sur pilotis au centre-ville de Montréal, a été entièrement démolie à la fin août dernier, produisant plus de 47 000 tonnes de débris de béton et près de 9000 tonnes de débris de métal.

Or, la Ville de Montréal, responsable du chantier, a pu réutiliser 95% de ce béton à même le chantier.

«On a concassé le béton, on a enlevé le métal, qui a été envoyé pour être refondu et on l’a utilisé pour la construction de deux nouvelles rampes en remblais vers le pont au-dessus du canal Lachine», a expliqué Pierre Sainte-Marie, chef de division aux grands projets au Service des infrastructures.

L’avantage de ce recyclage est évident, selon M. Sainte-Marie. Tout d’abord, il aurait permis d’économiser 450 000$ en matériau. «Pas besoin de payer le transport du béton et de polluer en chemin. On économise aussi du temps», a-t-il aussi souligné. Selon lui, cette méthode est de plus en plus courante dans le domaine de la construction.

Le 5% de béton restant a été transporté ailleurs par l’entrepreneur avec lequel la ville fait affaire, Construction Bauval. Pour ce qui est du métal, l’entrepreneur peut aussi en disposer comme bon lui semble.

La démolition de l’autoroute et sa transformation en boulevard doivent coûter 140 M$. Les travaux de voiries doivent être terminées avant Noël et l’aménagement des espaces publics qui l’entoureront se poursuivra en 2017.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus