Même si la vente de la tour de Radio-Canada devra recevoir l’approbation du Conseil du trésor avant d’être officielle, la revitalisation du site a été présentée jeudi. Voici les trois principales étapes pour faire revivre l’ancien Faubourg à m’lasse. Un projet qui devrait toutefois nuire à la tenue du Grand-Prix de Formule électrique.

1. Reloger Radio-Canada
Une fois la vente approuvée par le gouvernement, les travaux débuteraient en août 2017, pour une inauguration en janvier 2020, a précisé Hubert T. Lacroix, PDG de la société d’État. La nouvelle maison de Radio-Canada sera construite 200 mètres plus à l’est, sur un gigantesque stationnement. Or, c’est exactement le site prévu pour installer les paddocks des bolides du Grand prix de Formule électrique, pour lequel le maire a signé une entente de trois ans. «Pour juillet 2017, ça ira, mais après il faudra trouver un autre endroit», a répondu M. Lacroix. Des solutions alternatives sont étudiées pour la 2e édition, en 2018, indique la Ville. Le nouveau complexe de Radio-Canada sera construit pour que «la création rencontre la production et que le public soit invité à regarder», a précisé Olivier Legault architecte chez BLTA. Outre les toits verts, un square et une place seront construits et trois rues seront prolongées pour désenclaver le secteur. La location du nouvel édifice sera entièrement payée sur 30 ans par la vente de la tour actuelle a promis la direction, qui ne peut révéler aucun prix pour le moment.

2-«Pimper» la tour brune
C’est le groupe Mach de Vincent Chiara qui rachète la tour. Construite en 1973 pour 66M$ (353M$ d’aujourd’hui), mais le déficit d’entretien s’élèverait à 171M$. La Ville n’évalue l’édifice qu’à 104M$, amiante comprise. «On ne va garder que les plafonds et les planchers et reconfigurer tout cela en espaces de bureaux. Ça pourrait intéresser des clients de Radio-Canada, des firmes itech ou même des entreprises qui préfèrent être en périphérie du centre-ville», a lancé M. Chiara qui ne sait pas encore si l’enveloppe brune de l’édifice sera conservée ou non. Le rez-de-chaussée gardera une vocation commerciale et récréative, alors qu’une partie des sous-sols sera transformée pour pouvoir accueillir 1000 cases de stationnements souterrains, qui permettront de compenser pour les pertes de places occasionnées par la densification immobilière du site.

3-Ramener les familles
Lors de la construction de la tour brune et ses immenses stationnements, près de 778 logements avaient été détruits et 5000 personnes avaient dû quitter le quartier contre leur gré. Après la consultation publique de 2008, organisée pour prévoir la revitalisation du site, la Ville avait signé une entente avec Radio-Canada pour que des logements soient construits dans le respect des seuils de 15% de logements sociaux et 15% de logements abordables. Le nouveau propriétaire, Vincent Chiara a promis jeudi de respecter l’entente. «Il y a un potentiel allant de 2000 à 4000 unités de logements constructibles sur site. Ça s’échelonnerait sur une période d’une quinzaine d’années dépendamment de la vigueur du marché», a-t-il ajouté. Les hauteurs varieraient entre 6 à 15 étages.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus