Chantal Lévesque/Métro Valérie Plante

La candidate à la direction de Projet Montréal Valérie Plante assume ses valeurs progressistes et n’a pas l’intention de les taire pour plaire au plus grand nombre. Métro a rencontré la résidante de Rosemont–La Petite-Patrie, élue dans Ville-Marie, dans un café de Villeray. Première de deux entrevues avec les aspirants chefs du parti municipal.

Pourquoi avoir décidé de faire la rencontre au café Perko?
C’est un lieu où on passe beaucoup en vélo avec mes enfants. On prend la piste cyclable, on va au parc Jarry. Ça fait partie de mon milieu naturel. Je me promène beaucoup de café en café pour travailler en équipe et celui-ci est très convivial.

Qu’est-ce qui vous a incitée à devenir politicienne municipale en 2013?
Je voyais des inégalités entre les quartiers, des coins vraiment beaux et des coins qui ne le sont vraiment pas. Comment se fait-il qu’il y ait des endroits où tu peux circuler en bicyclette facilement et d’autres où c’est si difficile? Pourquoi y a-t-il des endroits où tu as besoin d’une voiture parce que le transport en commun est insuffisant? Je me suis dit que ça pourrait être intéressant de me lancer en politique, surtout que j’étais au conseil d’administration du groupe Femmes, politique et démocratie, qui a pour mandat d’encourager les femmes dans les sphères décisionnelles et politiques. Quand Projet Montréal m’a approchée, ça a été un coup de cœur mutuel.

Êtes-vous d’accord avec l’idée que vous êtes la voix de la gauche à Projet Montréal et qu’il y a un risque de dénaturation de votre parti si Guillaume Lavoie, votre adversaire de la course qu’on qualifie de plus à droite, est élu?
Je suis une sociale-démocrate, j’ai toujours été progressiste et je ne m’en cache pas. C’est pour ça que j’ai à cœur de m’attaquer aux inégalités. On l’a vu aux États-Unis: l’hypercentrisme ne fonctionne pas. Qui trop embrasse mal étreint. Quand on n’est pas prêt à assumer qui on est entièrement, avec les valeurs qu’on défend, il y a parfois plus de gens déçus que de gens vraiment contents. Ça ne veut pas dire qu’on doit refuser des citoyens dans notre parti. Il s’agit de les amener à adhérer à une vision qui peut être partagée par tout le monde.

Quel est le meilleur coup de votre campagne?
C’est notre proposition de ligne rose pour le métro. Je suis contente qu’on continue la ligne bleue vers l’est, mais ça va mettre encore plus de poids sur la ligne orange, qui est déjà surchargée. La ligne rose est une solution pour la décongestionner, à l’aide d’une dizaine de stations. Elle vient chercher la densité du nord-est de Montréal et du Vieux-Rosemont et se rend au centre-ville en évitant Berri-UQAM. Ça fait depuis les années 1980 qu’on n’a pas eu de nouvelle station à Montréal. Les gouvernements fédéral et provincial injectent des millions dans des nouveaux tronçons autoroutiers. Il est temps d’obtenir des investissements dans le transport en commun à Montréal. Sur 25 ans, notre plan est réaliste.

Moins d’élus appuient votre candidature que celle de M. Lavoie. Est-ce que cela a eu un effet sur votre campagne?
Non. Je suis la seule à avoir une vision et un style de leadership clairs depuis le début. J’ai organisé des rencontres de cuisine et entrepris une tournée dans les arrondissements. Guillaume Lavoie commence tout juste à le faire. Pour la question des élus, j’ai ma petite anecdote. Jack Layton, lors de la course à la chefferie du Nouveau Parti démocratique (NPD) en 2003, n’avait le soutien que de deux députés. Non seulement il a gagné, mais ça a été l’un des chefs les plus marquants du NPD.

Comment avez-vous réagi lorsque votre ancien chef Richard Bergeron, aussi votre collègue dans l’arrondissement de Ville-Marie, a quitté le parti pour éventuellement rejoindre l’équipe Coderre?
C’est douloureux. Pour moi, si tu veux changer de camp, tu le fais aux élections. Je n’aime pas l’idée de faire ça en cours de mandat, parce que ce n’est pas pour ça que les gens l’ont élu. Mais j’ai retroussé mes manches et je ne me suis pas laissé abattre.

M. Lavoie vous a reproché d’avoir voté en faveur du dernier budget de l’arrondissement de Ville-Marie mis de l’avant par Denis Coderre. Que lui répondez-vous?
C’était un budget qui me permettait de garder des services importants dans mon quartier, notamment une piscine, les heures d’ouverture d’une bibliothèque et un projet incluant une serre, des jardins communautaires et un parc pour enfants sur un grand terrain. Je n’étais pas satisfaite à 100% de ce budget, mais étant dans l’opposition, j’ai mis de l’eau dans mon vin pour le bien de mes citoyens. Guillaume est dans une situation où Projet Mont­réal est majoritaire, dans Rosemont–La Petite-Patrie. Il n’a pas besoin de faire des compromis. Alors, je trouve ça ordinaire comme critique.

Est-ce qu’il y a des propositions de Guillaume Lavoie avec lesquelles vous n’êtes pas d’accord?
Non. Parfois, il pourrait être plus concret, mais on est tous d’accord sur les orientations. La course est un bon moment pour lancer des idées, susciter de l’engouement et aller chercher des membres. Le 4 décembre au soir, quand je serai chef de Projet Montréal, je vais utiliser toutes les bonnes idées qui sont sorties.

Questions en rafale

Métro a posé aux candidats à la chefferie la même série de questions. Voici les réponses de Valérie Plante:
•    Le meilleur projet mis de l’avant par Coderre? L’Inspecteur général.
•    La pire gaffe de Coderre? Le Flushgate, c’est-à-dire le déversement de 4,9 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent à l’automne 2015.
•    Le meilleur coup de Projet Montréal? Les aménagements du parc Lahaie et de la place Shamrock.
•    La pire gaffe de Projet Montréal? On ne s’est pas assez attardé aux inégalités et aux problèmes des quartiers excentrés.
•    L’ancien maire de Montréal le plus inspirant? Jean Doré, notamment parce qu’il s’assurait de mettre des femmes dans des rôles décisionnels importants.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus