Ville de Montréal Vue aérienne de la Station d’épuration des eaux usées Jean-R. Marcotte, sur la pointe est de l’île. Jusqu’à la fin des années 1980, les eaux usées étaient directement rejetées dans le fleuve Saint-Laurent.

Une partie des boues de la station d’épuration de la Ville de Montréal seront valorisées. Les cendres issues de l’incinération des boues de la station d’épuration des eaux usées ont été reconnues comme engrais agricole par l’Agence canadienne d’inspection des aliments.

«Compte tenu de la quantité et de la qualité des boues municipales de notre métropole, tout est mis en œuvre pour identifier des avenues de valorisation qui permettront de réduire encore plus l’empreinte environnementale des Montréalaises et Montréalais», a déclaré Mme Chantal Rouleau, l’élue responsable de l’eau de l’administration Coderre.

La Ville prévoit en écouler ainsi 1500 tonnes, soit environ 4% des 45 000 tonnes de cendres produites annuellement par l’usine.

Une partie de l’incinération des boues permet déjà de réduire 30% la facture annuelle d’électricité de la station d’épuration qui est évaluée à 10M$.

Le produit utilisé sous le nom de Fertili cendres fera l’objet d’un épandage dans le cadre de quatre projets pilote qui débuteront le printemps prochain..

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus