MONTRÉAL — La direction de l’Hôtel Gouverneur Place Dupuis, à Montréal, a décrété un lock-out mercredi, touchant environ 100 syndiqués.

La nouvelle a été confirmée par la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Le Syndicat des travailleurs de l’Hôtel Gouverneur Place Dupuis affirme que la négociation avec l’employeur piétinait, même après une demande de conciliation formulée en mai dernier.

Le président de la Fédération du commerce, Serge Fournier, a qualifié de «cavalière» l’attitude de la direction de l’hôtel, qui a mis ses employés en lock-out à quelques jours de Noël.

La direction de l’hôtel n’a pas rappelé La Presse canadienne. Et personne ne répondait à la réception de l’hôtel.

Entérinée à Québec

Entre-temps, l’entente de principe qui avait été conclue quant au renouvellement de la convention collective, la semaine dernière, entre la direction de l’Hôtel Pur, de Québec, et le syndicat de ses 125 travailleurs a été entérinée, aussi mercredi.

Réunis en assemblée générale, ces syndiqués ont voté à 98 pour cent pour l’entente de principe.

«Après un conflit de travail d’un peu plus d’un mois, nous sommes satisfaits de notre nouvelle convention collective. Non seulement nous avons réalisé des gains intéressants, mais nous avons préservé nos acquis», a commenté le président du syndicat des travailleurs de l’Hôtel Pur, Richard Watters.

L’entente y diffère toutefois de celle qui a été conclue dans d’autres hôtels, pour une raison particulière.

«En raison d’un investissement majeur et d’un engagement clair écrit en ce sens, la durée de notre contrat de travail est de sept ans, à laquelle s’ajoute une année d’option qui nous permettra de rejoindre la négociation coordonnée de l’hôtellerie», a précisé M. Watters.

À cet hôtel de Québec, les augmentations sont donc de 2 pour cent pour les deux premières années, de 3 pour cent pour les trois années suivantes et de 4 pour cent pour les deux dernières années.

La Fédération du commerce de la CSN mène cette année une négociation coordonnée dans le secteur de l’hôtellerie en vue du renouvellement des conventions collectives dans plusieurs villes du Québec. Les syndicats concernés sont ceux dont la convention collective arrive ou arrivait à échéance en 2016.

En tout, 13 ententes de principe ont été conclues jusqu’ici dans le cadre de cette négociation coordonnée.

Elles prévoient des augmentations de 3, 3, 3, puis 4 pour cent pour la quatrième année du contrat de travail. De même, des améliorations ont été apportées aux vacances et aux indemnités de départ en cas de fermeture de département ou de changement technologique.

Au plus fort du mouvement, le 9 septembre, les syndicats présents dans 10 hôtels à Montréal et Québec avaient débrayé le même jour.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!