Archives Métro

Projet Montréal veut que les camions de déneigement soient équipés de barres latérales, de miroirs convexes ou même de caméras pour éviter qu’ils heurtent des piétons ou des cyclistes.

«Il faut s’assurer que les opérateurs de déneigement peuvent voir dans les angles morts de façon adéquate», a affirmé mardi le porte-parole en matière de transport de l’opposition officielle, Craig Sauvé. Ce dernier a insisté sur la nécessité de munir tant les camions de la Ville que ceux appartenant à des contractants ou des sous-contractants de ces équipements de sécurité «aussitôt que possible».

«Les contractants et les sous-contractants ne sont pas obligés [de munir leurs véhicules de ces équipements] et ils font facilement la moitié du déneigement de la ville, a souligné M. Sauvé. On peut exiger [ces équipements de sécurité] dans les cahiers de charge quand on lancera des appels d’offres. Il faudra voir dans quel délai on pourrait agir.»

Afin que ces exigences soient imposées au plus vite, Projet Montréal entend déposer une motion à l’occasion de la réunion mensuelle du conseil municipal, le 23 janvier prochain, pour que les camions lourds, qui participent aux opérations de déneigement, soient dotés obligatoirement de barres latérales, de caméras ou même de miroirs convexes.

Un camion de déneigement a happé mortellement un piéton le 19 décembre dernier dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, à l’intersection de la rue Sherbrooke et de l’avenue Girouard. C’est près de huit ans après l’hiver très neigeux de 2008-2009 au cours duquel quatre piétons avaient péri sous les roues de camions de déneigement. Le coroner Luc Malouin avait analysé ces morts et, dans un rapport rendu en 2010, il avait recommandé notamment au ministère des Transports et à la Ville de Montréal d’approfondir les études sur les dispositifs de sécurité qui permettent aux conducteurs de camion de déneigement de voir tout autour de leur véhicule. Me Malouin y évoquait entre autres la possibilité d’installer des caméras ou des systèmes de détection de mouvement ou même d’ajouter des phares avec des miroirs convexes puisque ceux-ci perdent de leur efficacité à la tombée du jour.

Depuis, la Ville de Montréal a manifesté son intention, en 2014, à la suite de l’accident mortel de la cycliste Mathilde Blais, d’installer des barres latérales sur tous ses véhicules lourds d’ici 2019 en débloquant à cette fin un budget de 2,5M$. Elle a aussi adopté en septembre dernier la «Vision Zéro», qui fera notamment en sorte que deux de ses commissions étudieront les gabarits des camions circulant dans les rues de la métropole, de même que les systèmes de sécurité disponibles pour ces véhicules.

«L’opposition officielle devrait s’efforcer d’appuyer les efforts de la Ville de Montréal pour faire modifier les normes de sécurité [sur les camions lourds] dans la loi fédérale sur le transport, a réagi le cabinet du maire de Montréal.

Un groupe de travail chargé d’analyser les mesures de sécurité qui pourraient être mises en place pour réduire le nombre d’accidents impliquant des piétons, des cyclistes et des poids lourds a aussi été mis en place par le gouvernement de Justin Trudeau l’automne dernier. Le Nouveau Parti démocratique (NDP) a réclamé à plusieurs reprises de rendre obligatoire l’installation de barres latérales sur les camions lourds.

Et la taille des camions de déneigement?
Piétons Québec lance l’idée d’utiliser des camions de déneigement de plus petite taille pour déblayer la Ville de Montréal et, du même coup, réduire les risques d’accident avec les piétons et les cyclistes.

  • «On atteint le maximum de l’efficacité, soit de déneiger la ville en quelques jours, mais il faut peut-être mettre plus de critères de qualité pour la protection du public et du mobilier urbain», a observé son porte-parole, Félix Gravel.
  • M. Gravel a souligné que la taille du véhicule fait partie des facteurs qui peuvent aggraver l’impact d’une collision entre un piéton et un poids lourd, avec la vitesse et le comportement du conducteur.
  • Projet Montréal a indiqué que le gabarit des poids lourds devait aussi être considéré dans la réflexion sur les accidents impliquant des camions de déneigement.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus