Josie Desmarais La vision qui est mise de l’avant sur le mont Royal s’appuie sur des activités pratiquées de façon «libre et spontanée», a expliqué les Amis de la montagne, qui n'étaient pas enthousiastes devant le projet de Pente à neige.

L’aménagement temporaire d’une mini-piste de ski alpin pour tout-petits sur le mont Royal ne se réalisera pas cet hiver. La Ville de Montréal a invoqué le manque de temps pour bien analyser le projet.

«Les délais sont trop serrés pour espérer avoir les autorisations et lancer l’événement à l’hiver 2016-2017, a indiqué par courriel la porte-parole de la Ville de Montréal, Renée Pageau, à Métro. Nous avons rappelé [à l’organisme Pente à neige] que la protection et la mise en valeur du site patrimonial déclaré du Mont-Royal est la priorité de la Ville et que tout ce qui s’y déroule passe à travers diverses étapes d’approbation.»

L’organisme à but non lucratif Pente à neige caressait le projet de construire une piste de ski alpin sur le mont Royal, à proximité de l’avenue du Parc, qui aurait été accessible pendant trois jours. Seulement les enfants auraient pu s’y exercer à skier avec l’aide de moniteurs certifiés. Le remonte-pente aurait pris la forme d’une calèche tirée par des chevaux plutôt qu’une installation mécanique pour éviter les émissions de gaz à effet de serre et les altérations permanentes de la montagne. À proximité, un igloo aurait été construit et des activités éducatives y auraient été organisées, notamment sur la préservation du mont Royal.

La Ville de Montréal devait évaluer le projet avant sa concrétisation, de même que la Table de concertation du mont Royal. Celle-ci ne l’a pas analysé lors de sa dernière réunion en décembre dernier, mais elle pourrait le faire en mars prochain. Puisque le mont Royal est considéré depuis 2005 un site patrimonial, le ministre de la Culture et des Communications pourrait aussi être appelé à donner son avis.

L’instigateur du projet, Esteban Dravet, était déçu de ne pas pouvoir initier les enfants au ski alpin sur le mont Royal cet hiver. «On trouvait que c’était l’année pour faire cela», a-t-il dit, en évoquant le 375e anniversaire de Montréal. M. Dravet, qui a grandi dans les Alpes et qui souhaitait promouvoir les activités extérieures, tente de trouver un autre endroit dans la métropole pour faire skier les tout-petits. «On va persévérer», a-t-il insisté.

Ski alpin sur le mont Royal

Les Amis de la Montagne étaient préoccupés par le projet de Pente à neige. «[Le ski alpin], c’est un sport qu’on ne pratique pas sur le mont Royal», a indiqué la directrice des communications et de l’engagement collectif de l’organisme, Hélène Panaïoti. Elle a expliqué que la vision qui est pour le moment mise de l’avant sur le mont Royal s’appuie sur des activités pratiquées de façon «libre et spontanée» et l’aménagement est fait en ce sens.

«[Le projet de Pente à neige] pourrait nécessiter des infrastructures lourdes comme un local de rangement et un pavillon d’accueil des skieurs», a ajouté Mme Panaïoti.

Esteban Dravet a répliqué qu’il s’est allié à des étudiants en environnement pour éviter que l’événement qu’il souhaite organiser sur le mont Royal n’ait aucun impact sur le parc.

Les skieurs ont dévalés pendant longtemps les pentes du mont Royal. De 1944 à 1979, un remonte-pente, construit à l’arrière de l’Université de Montréal, leur permettait de pratiquer plus aisément leur sport. Il a été fermé, d’après les Amis de la montagne, en raison de l’intérêt des skieurs qui s’est essoufflé. Depuis, les plus téméraires s’élancent sur la montagne illégalement au risque de se faire pincer par les policiers ou les patrouilleurs municipaux.

De l’argent déjà amassé
Une campagne de sociofinancement était en cours pour recueillir 5000$ pour l’organisation de l’événement de Pente à neige.

  • Près de 3200$ avaient été amassés.
  • Les donateurs pourront se faire rembourser, sinon ils pourront laisser leur argent à Pente à neige dans l’espoir que cette activité de ski alpin se tienne dans un autre endroit.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!