Mario Beauregard / Métro Près d’une centaine de membres de l’association des jeunes musulmans Ahmadiyya ont tenu à sensibiliser la population.

Sensibiliser et briser les préjugés, telle est la volonté d’une centaine de jeunes musulmans montréalais «choqués» par les différents événements qui ont touché leur communauté depuis plusieurs semaines.

Tract à la main intitulé «Comprendre l’Islam», Rizwan Khan, 18 ans, n’hésite pas à interpeller les passants devant le parc Emilie-Gamelin. Posté devant la station de métro Berri-UQÀM, cet étudiant au Collège Ahuntsic tenait à être présent, ce dimanche, «pour défendre la vraie image de l’Islam».

«On vit dans un monde de peur, les gens ne s’ouvrent pas aux autres. Il est important d’expliquer, de parler, d’effacer les préjugés», clame-t-il.

Comme lui, près d’une centaine de membres de l’association des jeunes musulmans Ahmadiyya, une branche de cette religion qui organise fréquemment de multiples activités auprès du grand public, ont tenu à sensibiliser la population, alors que les actes haineux se multiplient depuis l’attentat touchant une mosquée de Québec le 29 janvier dernier.

Les discours islamophobes et racistes sont inquiétants, mais il ne faut pas paniquer. On doit aller vers les gens pour éviter cette peur irrationnelle de l’Islam» – Khalid Butt, porte-parole de la communauté musulmane Ahmadiyyia

«Une ambiance préoccupante»
Après le vandalisme de deux mosquées montréalaises en février, une lettre de menaces a été envoyée à l’Université Concordia mercredi dernier, forçant la fermeture de trois bâtiments. «On est choqué par tout ça, clame Shameem Mohammad, étudiant au Cégep Saint-Laurent, qui prône «le dialogue pour arrêter ces actes de violence».

«Dans la rue, on m’a demandé pourquoi les femmes n’ont pas les mêmes droits que les hommes dans l’Islam, pourquoi les musulmans n’aiment pas les chrétiens. Mais c’est faux, reprend-il. On doit absolument éclaircir ces questions. Si on veut vivre ensemble, vivre en paix, on doit informer ces gens-là et c’est aussi à nous, les jeunes nés au Canada, d’agir.»

Alors que Lawal Soumanou, étudiant au Collège Rosemont, évoque «un moment difficile à passer», Khalid Butt dénonce un discours «décomplexé» qui inquiète la communauté musulmane dans son ensemble. «Il y a une ambiance sur l’échelle internationale qui est préoccupante, indique le porte-parole de l’association. Il faut combattre tous ceux qui prêchent la haine avec un contre-discours qui permet de démystifier toutes ces idées fausses véhiculées.»

D’autres rassemblements et activités de sensibilisation devraient encore être organisées dans les prochaines semaines dans les rues montréalaises.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!