Mathias Marchal Martin Picard et Denis Coderre

La Ville avance dans la distribution des bacs bruns de collecte des déchets de table, mais les autres éléments de la stratégie de compostage de la Ville tardent à se mettre en place.

À ce jour, la Ville a distribué des bacs bruns dans 64% des édifices de moins de neuf logements.

En conférence de presse mardi, le maire Denis Coderre a souligné que, la collecte des matières organiques (table et jardin) est passée de 18 000 à 29 000 tonnes en 2016. «Nos études indiquent que 86% des Montréalais sont favorables à la collecte des résidus alimentaires. Quand on se rend compte de ce qu’on jette, ça nous pousse à être responsables dans notre consommation», a ajouté le maire. Ce dernier a refusé de répondre à d’autres questions que celles du compostage.

Du côté de Projet Montréal, Sylvain Ouellet souligne que le reste de la stratégie de la Ville reste dans les limbes. «Il n’y a aucune stratégie pour le secteur commercial et les immeubles de 9 logements et plus qui représentent le quart des logements à Montréal. Quant à la construction des sites de compostage et de biométhanisation, on a pris plusieurs années de retard», a-t-il déclaré à Métro.

La stratégie de la Ville prévoit l’aménagement de quatre sites, mais aucun contrat de construction n’a encore été octroyé. Pour le site de la deuxième usine de biométhanisation, dont la construction doit débuter après 2020 à LaSalle, la Ville peine à s’entendre avec le propriétaire du terrain. Pourtant, l’échéance de 2020, année où les municipalités du Québec devront cesser l’enfouissement des déchets, approche.

Sachant qu’il faut prévoir un an et demi de travaux, l’année 2017 sera donc cruciale. «Nous sommes toujours autour de 14% de récupération de matières organiques, alors qu’il était prévu d’atteindre 60% en… 2015», résume Coralie Deny directrice du Conseil régional de l’environnement de Montréal.

La Ville a également annoncé mardi une campagne de communication pour inciter la population à trier ses déchets. Cette campagne met en valeur le chef Martin Picard. «C’est certain que ça demande un effort plus élevé de la part des citoyens, mais c’est une habitude facile à prendre», a déclaré M. Picard qui rappelle que 25% de notre sac-poubelle contient des matières compostables permettant de servir d’engrais.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!