Mario Beauregard/TC Media

Les gens de Saint-François doivent négocier avec la fermeture d’un segment du boulevard des Mille-Îles depuis la soirée du 20 avril, alors que l’on recense une quinzaine de résidences inondées sur l’ensemble du territoire.

Au total, ce sont présentement 26 tronçons de rue qui se retrouvent sous la crue des eaux.

«Un citoyen a aussi décidé d’évacuer sa demeure de lui-même, de continuer Geneviève Villemure, des Affaires publiques du Service de police de la Ville de Laval. Une partie de la berge s’est affaissée, affectant un tronçon du boulevard. Cet endroit est connu du Service d’ingénierie de la Ville. Il est constamment évalué.»

Une surveillance de tous les instants a été installée dans ce coin de Saint-François, un garde de sécurité y étant posté 24 heures sur 24. Cette fermeture est d’une durée indéterminée. Par le biais d’une signalisation de détour, une importante déviation a été mise en place, et ce, dans les deux sens.

«Seuls les véhicules d’urgence seront autorisés à passer, d’indiquer Nadine Lussier, porte-parole de la Ville de Laval. La situation sera réévaluée au début de la semaine prochaine.»

Risque d’aggravation

La lieutenante Villemure informe la population qu’il est vraiment important pour les riverains de se munir actuellement des sacs de jute à leur caserne de pompiers et se procurer le sable dans les cinq dépôts répartis sur toute l’île Jésus. Les citoyens peuvent contacter le 311 ou consulter le site Internet de la Ville.

«Avec la pluie qu’on attend aujourd’hui et demain, la situation reste hautement préoccupante, ajoute-t-elle. Les citoyens se doivent d’être très prudents.»

Au Service de sécurité incendie de Laval, c’est le secteur de Sainte-Rose qui a été le plus occupé avec sept appels de citoyens voulant se procurer des sacs de jute. La caserne de Laval-des-Rapides a aussi été sollicitée de même façon par une personne.

On sait que plus de 1600 résidences ont un potentiel à risque d’inondation 0-20 ans sur le territoire lavallois, c’est-à-dire qu’on évalue que ces lieux sont susceptibles de subir des dommages par la crue des eaux au moins une fois chaque 20 ans.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!