Archives de la Presse canadienne

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a apporté jeudi son soutien au maire de Montréal, Denis Coderre, qui souhaite supprimer les référendums municipaux.

Philippe Couillard s’est publiquement dit en faveur de cette mesure inscrite dans le projet de loi 122 déposé en décembre 2016 qui permettra une plus grande autonomie des municipalités.

Invité à s’exprimer lors de la cérémonie d’ouverture des assises annuelles de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), au Palais des congrès de Montréal, le premier ministre a expliqué faire «confiance» aux élus municipaux.

«Il ne s’agit pas d’enlever le droit aux citoyens d’être consultés sur des projets, a-t-il indiqué devant plusieurs centaines de maires de la province. Vous allez vous-mêmes mettre sur pied des mécanismes de consultation qui vont être au moins, et même probablement plus efficaces que le modèle référendaire actuel.»

Une «mathématique référendaire» dénoncée
De nombreux maires de la province soutiennent cette volonté. Alors que le maire de Québec, Régis Labeaume, a affirmé vouloir avoir «la liberté de faire nos choix», Denis Coderre a évoqué «la démocratie représentative» pour justifier ce désir de stopper les référendums municipaux.

«On a ce mandat de représenter la population, a-t-il indiqué, avant d’évoquer les périodes de questions au cours des conseils municipaux et d’arrondissements, ainsi que le Conseil consultatif d’urbanisme (CCU). On a plein d’évènements qui démontrent à quel point on a un lien direct avec la population.»

Président de l’UMQ, Bernard Sévigny a quant à lui dénoncé «la mathématique référendaire» qui permettrait à une minorité de «s’opposer à un projet d’intérêt général». «Il faut renouveler le processus de consultation et amener la consultation publique dans le 21e siècle», a ajouté celui qui est également maire de Sherbrooke.

Un avis que ne partage pas l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal. «Un processus de consultation ne remplace en rien le droit démocratique des citoyens de faire pression sur les élus et les promoteurs afin que ceux-ci développent de meilleurs projets qui tiennent compte des besoins de la collectivité», a réagi Valérie Plante, la chef de Projet Montréal.

Des «problèmes» admis
Précisant vouloir mettre en place «un caractère obligatoire» de consultation «au niveau des grands projets», Denis Coderre a tenu également à adresser un message ferme aux députés des différentes oppositions à l’Assemblée nationale qui débuteront l’étude des articles de ce projet de loi la semaine prochaine.

«Arrêtez de dire que vous croyez aux municipalités, c’est le temps de le démontrer», a-t-il clamé.

Reconnaissant lui aussi «des problèmes» pour faire accepter cette mesure, Philippe Couillard espère faire adopter ce projet de loi «d’ici la fin de la session parlementaire», soit avant l’été.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!