Collaboration spéciale Jeanne-Mance

Pour célébrer le 375e anniversaire de Montréal, le journal Métro s’est associé au Regroupement des musées d’histoire de Montréal pour vous présenter des chroniques originales… 100% histoire!

L’exposition De la France à la Nouvelle-France à compter du 10 mai vous invite à explorer le Musée des Hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Montréal, et à faire connaissance avec Jeanne Mance, fondatrice de l’Hôtel-Dieu et de Montréal, à l’égal de Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve.

Née en 1606 à Langres et élevée dans une famille pieuse, Jeanne Mance se consacre tôt à des activités charitables. Lors de la guerre de Trente Ans et des épidémies de peste en France, Jeanne Mance soignent les blessés et les malades. En 1640, son cousin, le chapelain Nicolas Dolebeau, lui parle du Canada. Éveillant sa vocation missionnaire, Jeanne Mance se rend ensuite à Paris. Elle y fait la connaissance d’une riche héritière, Angélique Faure de Bullion, qui lui octroie des sommes d’argent pour fonder un hôpital en Nouvelle-France. En 1641 à La Rochelle, Jeanne Mance rencontre Jérôme Le Royer de La Dauversière, qui l’associe au projet d’évangélisation des autochtones sur l’ile de Montréal, à Ville-Marie, où elle établira l’Hôtel-Dieu.

Après une traversée de trois mois et une escale hivernale à Québec, Jeanne Mance arrive à Montréal le 17 mai 1642, accompagnée du gouverneur de la ville, Paul de Chomedey sieur de Maisonneuve et d’une quarantaine de colons. Dans cette Ville-Marie naissante, Jeanne Mance est infirmière et administratrice de l’hôpital. Lorsque Ville-Marie est menacée d’extinction par les attaques iroquoises, Jeanne Mance fait don à Maisonneuve de 22 000 livres destinées à l’hôpital pour qu’il ramène cent hommes de France. Par cette action, elle sauve la colonie en 1653. Six ans plus tard, afin de la seconder dans sa mission de soins, elle ramène de La Flèche trois Hospitalières de Saint-Joseph. Jusqu’à sa mort en 1673, Jeanne Mance se dévoue à l’Hôtel-Dieu auprès des malades, portée par sa foi inébranlable. Elle est reconnue aujourd’hui comme «fondatrice de Montréal à l’égal de Maisonneuve», un titre bien mérité pour cette courageuse pionnière que les habitants«appelaient «la mère de la colonie».

***

Pour en savoir davantage
sur le OFF 375: 100% 
Histoire et pour participer 
au concours Sur les traces des fondateurs, visitez le site internet et suivez la page Facebook

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!