Mario Beauregard Alexandre Taillefer

Alexandre Taillefer, futur maire de Montréal? C’est non, affirme l’homme d’affaires. Déjà sollicité, l’intéressé a fermé la porte à une candidature aux élections municipales de novembre. Le fondateur de Téo Taxi, qui ne cache pas son envie de se lancer en politique dans les prochaines années, vise plutôt un poste à Québec et ne s’interdit pas de penser à fonder son propre parti politique.

Votre nom a beaucoup circulé ces derniers mois du côté de l’Hôtel de Ville de Montréal. Vous a-t-on contacté pour vous présenter aux élections municipales?
J’ai été très clair, ce n’est pas quelque chose qui m’intéresse. Je continue de participer de manière non partisane à ce débat, mais je pense que les plus grands leviers, sur lesquels on est en mesure d’avoir un plus grand impact sur notre société, se trouvent davantage à Québec qu’à Montréal.

La porte est définitivement fermée?
Aujourd’hui, M. Coderre joue un rôle de leader important. Il a ramené une ambiance, un dynamisme, la volonté de faire des choses. Je pense qu’il faut continuer dans cette voie-là.

Montréal est-elle repartie de lavant après une dizaine dannées troubles?
On parle peut-être même d’une vingtaine d’années. Il y avait un aspect maussade qui n’était pas relié qu’à un individu. La société n’est pas qu’un maire, c’est un paquet de facteurs, comme l’économie, le taux de chômage. Aujourd’hui, on est dans un marché incroyable et une période très intéressante, avec une bonne activité économique.

Vous avez dit, en novembre 2016, être un «queer politique» ouvert à plusieurs partis…
Le positionnement politique actuel, malheureusement, cantonne des gens dans des positions opposées, alors qu’il y a des choses beaucoup plus importantes. Par exemple, Québec solidaire et le PQ, on dirait aujourd’hui deux enfants d’école qui sont en train de se chicaner. Ils passent à côté, selon moi, d’enjeux plus importants pour le Québec.

Lesquels?
Il faut mettre en place des solutions innovatrices en termes progressistes, arriver avec des nouvelles idées, mettre l’accent sur la chose la plus importante pour notre société: avoir une égalité pour les enfants de 0 à 12 ans. Il faut permettre aux jeunes, qui n’ont pas choisi de naître à Westmount ou à Hochelaga-Maisonneuve, d’avoir des occasions équivalentes.

«On peine à imaginer à quel point il y a un tiers-monde au Québec. Il y a des gens sont extrêmement défavorisés en termes d’éducation, de logement, de conditions salariales. Manon Massé m’a aidé à mieux comprendre cette réalité.»

On dirait le discours dun futur homme politique
La réflexion continue. Je m’intéresse, en tant que citoyen, à de nombreux sujets, notamment l’éducation. Mais il y a plusieurs sujets que je ne maîtrise pas, comme la santé. Dans les années à venir, c’est quelque chose que je vais considérer [aller en politique]. Mais pour 2018 [élections provinciales], c’est hors de question. Je suis engagé dans de nombreux projets qui ont, selon moi, des répercussions importantes sur notre société.

Et dici 2022?
C’est certainement un horizon envisageable. J’aurai 50 ans, ce sera une belle année. Mais 54 ans aussi! Il ne faut pas être pressé. (Rires)

Sur les réseaux sociaux, vous avez félicité Roland Lescure, ex-vice-président de la Caisse de dépôt et placement du Québec et nouveau député français, qui sest lancé en politique, en lui disant: «Jespère avoir un jour ton courage.» Le courage est nécessaire?
Lorsqu’on voit à quel point la population est globalement cynique envers le monde politique, ça prend énormément de courage, de résilience, une coquille et une carapace hors du commun. Les gens ne se rendent pas compte des sacrifices que font ceux qui se lancent en politique. On ne se lance pas en politique pour toucher des pots-de-vin, mais pour changer le monde.

Et vous voulez changer le monde?
La majorité des entrepreneurs veulent changer le monde. L’innovation passe souvent par l’indignation et une situation qu’on ne trouve pas fonctionnelle. Mon objectif est d’identifier des endroits pour améliorer la façon de faire, puis de trouver des solutions créatives. On peut faire beaucoup plus avec autant. On pense souvent, à tort, qu’il faut augmenter les impôts et les taxes pour adopter des solutions progressistes. L’État doit donner des directives, mais il faut compter davantage sur les entrepreneurs.

Navez-vous pas peur dêtre traité de doux rêveur?
J’ai rencontré plusieurs fois Jean-Paul L’Allier qui m’a dit: «Les gens vont te traiter de pelleteur de nuages, mais si tu veux voir un petit bout de ciel, il faut bien commencer par pelleter.» Doux rêveur, c’est un beau qualificatif. Ça ne m’empêche pas d’être un homme d’action et de prendre beaucoup de risques. On ne fera pas un récurage en superficie, il faut s’assurer de revoir la façon de faire de nombreuses choses dans notre société. Mais pour trouver des solutions à des problèmes, il faut rallier les gens de tous les milieux.

Vous considérez-vous comme de gauche?
Si on considère que le bien commun, plutôt que le bien individuel, c’est la gauche, oui. Mais je me considère davantage comme un centriste, même si ce n’est pas très original. Le progressisme que je défends nécessite une croissance et une activité économiques importantes. Il faut créer les grandes entreprises de demain qui vont être capables de financer un environnement plus juste et plus équitable.

«Depuis un an, je vois un changement d’attitude important de Philippe Couillard et des réflexions sur la situation des gens moins favorisés. Je suis agréablement surpris.»

Vous considérez-vous comme indépendantiste ou comme fédéraliste?
Le peuple québécois a voté deux fois contre l’indépendance par référendum. Un projet de pays ne peut se faire sans l’adhésion de tous les segments d’une population sous risque de clivage majeur. Si le Québec parvient à convaincre les anglophones et les allophones de la pertinence de l’indépendance, il sera adéquat  de refaire un référendum. Entre-temps, le Québec a bien d’autres priorités. Je suis un progressiste bien avant d’être un indépendantiste.

Pourriez-vous fonder votre parti?
Lorsqu’on regarde ce que [Emmanuel] Macron a réussi à faire, c’est envisageable. Mais aujourd’hui, les lois sur le financement des partis politiques rendent ça compliqué, puisque les collectes de fonds sont limitées à 100$ par personne. Il faudrait un énorme mouvement social pour arriver à réunir les 2, 3 ou 4M$ requis pour mener à terme une élection.

Alexandre Taillefer, premier ministre du Québec en 2026, est-ce un possibilité?
La politique change à vitesse grand V. Ce serait extrêmement présomptueux de dire ça. Il va y avoir d’autres Gabriel Nadeau-Dubois, d’autres gens qui vont s’inscrire en politique. Ma position n’est pas narcissique. Si quelqu’un arrive avec une position, un charisme et la capacité de rallier des gens, ça va me faire grand plaisir de le soutenir.

Ses chantiers pour Montréal

  • S’il avoue de pas vouloir s’impliquer dans cette campagne municipale, tout en reconnaissant «de bonnes choses qui viennent de Projet Montréal», Alexandre Taillefer milite pour le rapprochement de l’éducation au niveau municipal, à travers le projet de loi sur le statut de métropole: «J’aimerais que les élus, les maires d’arrondissement puissent représenter les écoles et les citoyens à la place des commissaires scolaires.»
  • L’homme d’affaires souhaite également «une position assez ferme» pour accélérer l’électrification et «la mobilité intelligente» dans le domaine des transports en commun. Ouvert à «des taxes kilométriques» et à «un péage au centre-ville», il espère qu’un transport collectif «digne de ce nom» pourra représenter une alternative. «Mais il faut aussi penser au covoiturage, à la priorisation du vélo et de la marche», assure-t-il.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!