facebook.com

MONTRÉAL — Après 128 ans d’existence, la Mission Old Brewery, qui oeuvre auprès des itinérants à Montréal, complète un virage qui représente un changement radical de philosophie.

L’organisme communautaire, toujours reconnu comme un refuge pour les personnes sans abri, entend désormais se consacrer à la réinsertion sociale de l’ensemble de sa clientèle.

«Chez nous, à la Mission Old Brewery, pendant les premiers 100 ans, on ne croyait pas que c’était possible», explique le président et directeur général de l’organisme, Matthew Pearce.

«On ne croyait pas en notre clientèle, mais toute notre perspective envers les êtres humains qu’on accompagne a changé et on a évolué vers une autre vision de leurs capacités.»

Matthew Pearce avoue candidement et sans détour que l’objectif initial d’offrir aux itinérants un souper, une douche, un lit et un petit déjeuner, soit la définition même du service de dépannage d’urgence, contribuait davantage au problème qu’à la solution.

«Si on n’offre que le refuge d’urgence comme programme, on aide les gens à se stabiliser dans une situation d’itinérance et à en faire une habitude», a-t-il reconnu en entrevue avec La Presse canadienne.

«On doit miser sur des programmes qui vont les aider à ne plus être itinérants, à ne plus être sans-abri, à être des membres à part entière de la société, et le modèle de refuge traditionnel va à l’encontre de cet objectif.»

Depuis une dizaine d’années, la Mission a commencé à consacrer des ressources de soutien pour faire le lien entre sa clientèle et les différents services psychosociaux et de santé qui peuvent être requis et, surtout, aider les sans-abri à se loger.

«On sort d’un contexte passif, pour aller vers un contexte actif, dynamique, raconte le gestionnaire communautaire. Ça semble simple, mais ça transforme le terrain radicalement.»

«On voit que ça fonctionne, alors on se dit qu’il n’y a pas de raison de laisser à leur compte les personnes qui sont dans cette situation pénible (…) On va éliminer la possibilité que l’itinérance devienne chronique et que ça devienne le mode de vie de quelqu’un», conclut-il avec enthousiasme.

À cet effet, la Mission Old Brewery s’est créé au fil des dernières années grâce à différents partenariats une banque de quelque 300 logements sociaux et vise 500 d’ici deux ans.

«Éventuellement, ce sera davantage une question de gestion de logements pour des personnes sortant d’un contexte d’itinérance, et l’itinérance ne sera plus un mode de vie, mais un court épisode avant que les gens ne se transfèrent en logement», croit Matthew Pearce.

Le changement de mission, déjà bien amorcé, est désormais complété: à la suite de sa campagne de financement quinquennale, l’organisme a maintenant les moyens d’embaucher le personnel supplémentaire requis pour assurer le soutien et l’accompagnement de chacune des personnes qui se présente à ses portes.

Aussi dans Montréal :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!