Capture d'écran Denis Coderre devant la Commission Chamberland

Le maire de Montréal, Denis Coderre, a refusé de revenir sur ses propos tenus lors de son audience devant les membres de la Commission Chamberland en conseil municipal lorsqu’un élu de Projet Montréal, François Limoges, l’a questionné.

Le 5 juin dernier, le maire Coderre avait avoué, sous serment, avoir «pété une coche» en appelant le chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Marc Parent, en décembre 2014. Un journaliste, Patrick Lagacé, venait alors d’obtenir une copie d’un constat d’infraction le concernant et l’ex-député libéral avait besoin, a-t-il dit, de «ventiler» sa colère.

Denis Coderre expliquait avoir ignoré qu’une enquête menant à des écoutes électroniques des conversations téléphoniques du journaliste concerné avait été ouverte. François Limoges, leader de Projet Montréal, a trouvé ces réponses «peu crédibles». Ce dernier a voulu interroger une nouvelle fois le maire de Montréal. «Que comptiez-vous obtenir comme résultat en demandant à votre directrice des communications d’être plus tough avec Patrick Lagacé [le journaliste]?», a demandé le conseiller de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie.

Après cette question, Denis Coderre est resté de marbre, assis sur son siège. Le leader d’Équipe Coderre, Francesco Miele, a répondu à sa place. «Le maire a répondu à toutes les questions lors de la séance de la commission. Il n’a rien à ajouter», a-t-il clamé.

«Wouah», a ensuite soupiré François Limoges. «C’est dommage, on est en assemblée parlementaire, on pose une question et on attend une réponse», a-t-il ajouté. «Ça nous laisse assez pantois», a complété l’élu de l’opposition, proposant au maire de Montréal de faire appel «au programme d’aide aux employés» pour «la gestion de la colère». «Ce n’est pas au chef de police à jouer ce rôle-là», a-t-il affirmé.

Denis Coderre n’a pas réagi.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!