Philippe Massé Ha-Loan Phan

Pour la première fois, Wikimania débarque à Montréal pour un congrès à consonance francophone. Entrevue avec Ha-Loan Phan, membre du CA de Wikimédia Canada qui offre un aperçu du fonctionnement du cinquième site internet le plus visité au monde et des enjeux auxquels il fait face. Au menu: recrutement, démocratisation de la recherche médicale et transmission du savoir autochtone.

Comment fonctionne l’écosystème Wikipédia?
À la base des projets Wikimédia, on retrouve plusieurs centaines de milliers de contributeurs bénévoles qui enrichissent notamment l’encyclopédie collaborative Wikipédia et ses projets frères comme Wikicommons, Wikiversité ou Wikidata. N’importe qui peut contribuer à la création de contenu dans Wikipédia tant qu’il respecte les règles, notamment en utilisant des sources fiables. Il y a ensuite des robots tels que Salebot, capables de lire automatiquement les publications et d’éliminer automatiquement le vandalisme. Des patrouilleurs bénévoles reçoivent aussi chaque jour des lots de changements en temps réel et peuvent éliminer certaines éditions. Finalement, il y a une troisième couche de vérification, celle des millions d’utilisateurs qui vont eux-mêmes corriger les erreurs: Wikipédia est désormais le cinquième site le plus consulté au monde, derrière Google, Facebook, YouTube et Baidu, un moteur de recherche chinois.

Que fait la maison mère?
La fondation gère un budget de plusieurs dizaines de millions de dollars issus de dons. On y retrouve environ 200 employés, dont des développeurs qui ont permis de perfectionner l’outil informatique d’édition pour le rendre le plus facile d’utilisation possible. Il y a aussi des gens qui s’occupent de coordonner différents événements tels que celui de Montréal cette semaine et des juristes qui répondent aux mises en demeure. Il y a quelques temps par exemple, le président de Wikimédia France a été intimidé par les Services de renseignement français pour qu’il supprime une page Wikipédia liée à une installation militaire française. La page a été rétablie par les utilisateurs eux-mêmes sous prétexte que les raisons invoquées n’étaient pas valables.

De quoi parlera-t-on au congrès de Montréal?
Il y a plusieurs dizaines de conférences et d’ateliers contributifs au menu. Par exemple, le Dr James Heilman viendra parler de son projet Wikimed qui vise à créer des centaines de pages concernant la médecine et à les traduire dans plusieurs langues pour pouvoir les partager dans des pays où l’information est plus difficilement accessible. On cherche aussi des volontaires pour participer au Scanothon. Il s’agira de numériser des centaines d’archives de la Bibliothèque et archives nationales du Québec et à les héberger sur la plateforme Wikicommons qui permet d’accéder à des documents de type photo, audio et vidéo. Il y a parmi ces documents à sauvegarder un millier de négatifs photo à propos des Premières Nations.

Quels sont les défis de Wikimedia?
Les plus grands défis sont d’attirer des contributeurs de contenu, de les maintenir actifs et d’assurer plus de diversité. Du côté francophone, on compte actuellement 14 670 contributeurs actifs, mais seulement 10% de femmes. Or, plus il y aura de diversité parmi les contributeurs, plus il y aura de diversité dans le contenu de l’encyclopédie. Si l’on regarde par exemple du côté des langues autochtones, on peut aller sur Wikipédia en atikamekw, où il y a actuellement un important travail qui se fait pour sauvegarder la mémoire de certains lieux en les nommant en langue autochtone. Mais c’est un long travail qui nécessite de recruter des contributeurs variés et motivés.

Wikimania se tiendra du 9 au 13 août au Sheraton

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!