Yves Provencher/Métro Un rassemblement s'est tenu afin de sauver la Biosphère.

Le gouvernement fédéral a informé la Ville de son plan de réaménagement afin de mettre fin aux activités muséales de la Biosphère. Des discussions sont en cours afin de renégocier l’entente entre la Ville, qui est la propriétaire, et le gouvernement, qui loue l’espace.

Une semaine après l’annonce de coupures de poste dans la fonction publique par le gouvernement Harper, l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC-Québec) s’est réunie jeudi devant la Biosphère pour dénoncer la situation.

Ces coupures s’inscrivent dans le cadre de l’application du budget fédéral, déposé en mars dernier, qui prévoit abolir 19 200 postes dans la fonction publique. Selon l’AFPC-Québec, 23 des 50 employés de la Biosphère sont touchés par ces mesures. Ils ont tous reçu une lettre les avertissant qu’en raison des coupures et de la fin de la mission éducative de la Biosphère leur emploi était au ballotage.

La députée du Nouveau Parti démocratique et porte-parole adjointe en matière d’environnement, Anne Minh-Thu Quach, était également présente pour dénoncer les compressions en matière environnementale.

Selon les informations de l’AFPC-Québec le centre météorologique de Dorval serait transféré à la Biosphère. Seul un «espace minimal» resterait ouvert au public. «On interpelle le maire de Montréal qui a un rôle important à jouer et qui devra prendre des décisions», a déclaré Michel Cordeau, vice-président du Conseil régional de Montréal de l’AFPC-Québec.

Fabrice Giguère, attaché de presse au Cabinet du maire, a confirmé que la Ville a reçu un «document d’information» de la part du gouvernement concernant le changement de vocation de la Biosphère. L’attaché de presse a précisé que, selon le contrat entre la Ville et le gouvernement qui est valide jusqu’en 2019, les volets environnementaux et éducatifs doivent demeurer.

Environnement Canada a confirmé à Métro que 25 employés de la Biosphère seront «touchés» par cette «proposition». Huit employés qui travaillaient à l’élaboration de programmes d’éducation ont déjà été informés de l’abolition de leur poste.

«Des discussions avec le propriétaire [la Ville] sont en cours en vue d’étudier des utilisations différentes de la Biosphère dans le cadre du bail actuel, a confirmé Céline Tremblay, conseillère principale en relations avec les médias pour Environnement Canada. Selon le bail actuel, la Biosphère doit être utilisée comme centre d’observation de l’environnement ou à toutes autres fins liées à l’environnement.» Le gouvernement ne fait donc aucune mention du volet éducatif.

Dans une brochure d’Environnement Canada publiée en 2011 pour souligner les 40 ans de sa création, on peut lire que : «depuis son ouverture en 1995, la Biosphère d’Environnement Canada, le premier musée canadien de l’environnement, est un lieu privilégié pour l’éducation en matière d’environnement.»

La Biosphère dans le temps

  • 1967: Le pavillon des États-Unis (la future Biosphère est inauguré dans le cadre de l’Exposition universelle
  • 1968 : La Ville devient propriétaire de la Biosphère
  • 1990 : En vertu d’une entente de 17, 5 M$ entre la Ville et le gouvernement de Brian Mulroney, Ottawa s’occupera de la mise en valeur et l’exploitation du site.
  • En 1995, la Biosphère est inauguré officiellement et devient le premier musée consacré à l’eau au Canada.
  • En 2007 la Biosphère devient un musée de l’environnement

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!