Mario Beauregard/Métro

Un déversement d’acide sulfurique à la suite d’un accident de train. C’est ce à quoi ont dû répondre des membres du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) mardi matin lors d’une simulation avec le Canadien National (CN).

«Nous avons tous à l’esprit les terribles images de Lac-Mégantic. Les probabilités pour qu’un événement de ce genre survienne à Montréal sont extrêmment faibles, mais il est de la responsabilité de la Ville d’être outillée pour y faire face», a déclaré le maire de Montréal, Denis Coderre, avant l’exercice qu’il juge d’une «importance cruciale».

Une soixantaine de personnes ont participé à cette simulation à la gare de triage Taschereau, dans l’arrondissement de Saint-Laurent, dont le groupe d’intervention en matières dangereuses du SIM, l’équipe Hamzat. «On met en scène un incident ferroviaire, alors qu’une manœuvre de camion-citerne cause un déversement majeur de matières dangereuses et que des employés du réseau ferroviaire sont blessés», a résumé le directeur du SIM, Bruno Lachance. Les services d’urgence devaient aussi empêcher l’acide sulfurique d’entrer dans le système d’égout municipal.

Cette simulation permettra de «minimiser les impacts sur la santé de la population», en cas de réelle catastrophe, croit Denis Coderre. Il dit avoir demandé la simulation après le déraillement d’un train qui avait heurté une maison dans Hochelaga en 2015, mais sur des rails du Canadien Pacifique (CP).

Questionné à savoir si un exercice similaire aurait lieu avec le CP, M. Coderre a répondu qu’il n’y avait «plus de représentant des communications au Québec» pour cette compagnie avec qui Montréal est actuellement dans d’ardues discussions pour des passages à niveau. «Tous les partenaires font partie de la solution, alors éventuellement, ça pourrait être le cas. Mais pour le groupe Hamzat, cette simulation, peu importe l’entreprise, ça va nous donner tout ce qu’il faut», soutient le maire.

Pour sa part, le CP a indiqué avoir entraîné de nombreux pompiers, dont certains de Montréal, dans des exercices ayant eu lieu aux États-Unis l’an dernier et au début de cette année sur le Lac Champlain, en cas de déversement de matières dangereuses sur la glace et la neige.


Un wagon-citerne spécial du CN est aménagé afin qu’on puisse entrer à l’intérieur. Il permet aux premiers répondants d’en apprendre plus sur leur fonctionnement.

Application mobile
Pour éviter de revivre la tragédie de Lac-Mégantic, l’application mobile AskRail a été lancée par le CN en 2015. Mise à jour en temps réelle, l’application permet aux premiers répondants de connaître le contenu des wagons de plusieurs compagnies ferroviaires d’Amérique du Nord.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!