Collaboration spéciale Séance du conseil municipal de Montréal

La Ville de Montréal devrait terminer l’année 2017 avec un déficit de 31,4M$.

C’est ce qu’a reconnu le directeur du service des finances de la Ville, Yves Courchesne, mercredi, au cours d’une séance du comité exécutif. Ce déficit, a-t-il ajouté, ne représente que 0,7% du budget total de la Ville, estimé à 5,2G$, qui est en hausse de 2,8% par rapport à l’année précédente.

Plusieurs dépenses non prévues expliquent ce déficit qui sera confirmé au 31 décembre 2017, date de clôture de l’année financière. Récemment, la Ville a conclu des ententes avec ses policiers, ses pompiers et ses cols bleus pour renouveler leur contrat de travail, après de longues négociations qui se sont parfois étalées sur plusieurs années. Cela représente respectivement des montants de 25,4M$, 24M$ et 16M$ à ajouter au budget.

La Ville de Montréal ayant enregistré un surplus de 139,1M$ en 2016, le déficit ne devrait pas dépasser 31,4M$.

«Toute l’organisation travaille en vue d’améliorer la situation pour arriver à un équilibre potentiel», a par ailleurs mentionné Yves Courchesne.

Revenus en hausse
Les revenus de la Ville ont quant à eux augmenté de 3,4%, passant de 4,4G$ en juin 2016, à 4,55G$ douze mois plus tard.

L’administration du maire Denis Coderre avait annoncé à la fin 2016 une hausse de 1,7% des taxes pour les propriétaires d’immeubles résidentiels et de 0,9% pour ceux détenant des immeubles commerciaux. Ces taxes devraient rapporter 3,3G$, contre 3,22G$ selon les estimations réalisées un an plus tôt, ce qui représente une hausse globale de 2,4%.

Du côté des charges, celles-ci ont diminué de 0,7%. On peut notamment noter la baisse de la rémunération des employés de la Ville de 5,5%. Près de 1,11G$ ont été consacrés à ces dépenses cette année, contre 1,17G$ en juin 2016.

«Il y a un contrôle serré des dépenses, a souligné le président du comité exécutif, Pierre Desrochers. Il y a d’autres éléments, qui, pour cette année extraordinaire, affectent la situation mais sur lesquels [on] va continuer de travailler pour pouvoir réduire cet écart-là au minimum.»

La chef de Projet Montréal, Valérie Plante, s’est quant à elle dite surprise de cette prévision déficitaire. «Je me questionne sur la façon de gérer, comment on met de l’argent de côté et comment on fait des prévisions, a-t-elle lancé, en marge d’un point de presse sur les dépassements de coût enregistrés dans les projets initiés par la Ville de Montréal.

«Je sais que mon adversaire a parlé d’imprévus au niveau des conventions collectives et tout ce qui touche les relations de travail, mais je pense qu’on peut choisir pourquoi ça a coûté plus cher, a-t-elle ajouté. On peut aussi se dire que le 375e anniversaire, là aussi, il y a eu des imprévus et ça a coûté très cher.»

Avec Dominique Cambron-Goulet

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!