Yves Provencher/Métro Université McGill

L’Université McGill se défend d’avoir trop dépensé pour la sécurité de son campus. La hausse importante des coûts de la sécurité était justifiée dans le contexte des manifestations étudiantes, a-t-elle réagi. «Il est important de se rappeler que le campus du centre-ville de McGill se trouve juste en face du bureau du premier ministre, probablement l’un des lieux les plus fréquentés par les protestataires», a fait remarquer Olivier Marcil, vice-principal aux relations externes de l’université.

McGill soutient par ailleurs que 80 % de la hausse des coûts, chiffrée à 256 237,80 $, est attribuable à l’occupation du pavillon administratif James par des manifestants pendant cinq jours en février dernier. Le montant restant, soit environ 42 000 $, a servi à payer des agents de firmes privées et des heures supplémentaires lors de manifestations.

Une attitude plus conciliante aurait pu permettre à l’Université McGill, ainsi qu’aux autres universités de Montréal, d’épargner de l’argent, selon Yanick Grégoire, vice-président exécutif de la Fédération étudiante universitaire du Québec. «Si l’administration s’était entendue avec les étudiants pour reconnaître et respecter le vote de grève, ces derniers auraient pu délaisser les lignes de piquetage pour manifester là où se trouvent les politiciens», a fait valoir M. Grégoire.

Plus tôt cette semaine, des associations étudiantes ont critiqué les universités McGill et Concordia, jugeant inacceptable le demi-million de dollars supplémentaires dépensés pour assurer la sécurité pendant la grève étudiante.

Près de 1 M$ à l’UQAM
L’UQAM remporte la palme pour la hausse des dépenses de sécurité avec un budget supplémentaire de 841 414 $ pour la période allant de janvier à avril 2012. Francine Jacques, du service des communica­tions de l’UQAM, justifie ce montant par la proximité de l’université avec le métro et le parc Émilie-Gamelin, d’où partent une grande partie des manifestations étudiantes. La présence de nombreuses entrées rend aussi le campus très accessible.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!