Josie Desmarais / Métro Denis Coderre

C’est par un texto de Gilbert Rozon que Denis Coderre a appris que le commissaire du 375e anniversaire de Montréal démissionnait. Mais le maire sortant dit ne pas lui avoir répondu.

«J’ai juste eu son texto, je n’ai pas échangé avec lui», a spécifié jeudi M. Coderre, répétant que c’était «une bonne chose» que Gilbert Rozon se soit retiré dans la foulée d’allégations d’inconduites sexuelles à son endroit.

«Je ne m’attendais pas à ça», a ajouté le candidat à la mairie, qui ne croit pas que la Ville aurait dû savoir, étant donné que M. Rozon avait déjà été accusé de harcèlement en 1998. «Est-ce que tout le milieu culturel et n’a rien fait? Est-ce qu’il y a eu un silence collectif?», a-t-il questionné.

«L’important aujourd’hui c’est d’être avec les victimes, de montrer qu’on les soutient et que c’est tolérance zéro», a insisté M. Coderre. Il assure que le retrait de M. Rozon comme solliciteur de fonds de son parti «va se faire».

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!