Alors que la mairesse élue de Montréal, Valérie Plante, a promis d’ouvrir les portes de son comité exécutif à des élus de l’opposition, plusieurs membres d’Équipe Coderre ont confié à Métro être prêts à franchir ce pas.

«Je me suis lancée en politique pour faire avancer les dossiers qui me tiennent à cœur», avoue Marie-Josée Parent, 34 ans.

Première femme d’origine autochtone à entrer au conseil municipal, la nouvelle conseillère de Verdun admet être «intéressée» par l’idée développée par Valérie Plante au cours de sa campagne électorale.

«Parfois, on n’est pas tous du même avis, mais c’est ce challenge intellectuel et ces voix multiples qui font avancer. Ça me paraît stimulant», reprend-elle.

Cet avis est partagé par Cathy Wong, autre recrue vedette de Denis Coderre cet été. «Pour Montréal? Absolument», explique l’ancienne présidente du Conseil des Montréalaises, qui avait été approchée également par Projet Montréal avant le lancement de la campagne.

«Je me suis présentée pour travailler pour notre ville. Et si la mairesse juge que c’est la meilleure façon de le faire, ce serait positif», détaille-t-elle.

Depuis quelques jours, Projet Montréal travaille ardemment à la confection de ce nouveau comité exécutif qui sera dirigé par le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais.

«Je veux avoir les meilleures personnes pour faire la job. Il y a de l’expérience dans les autres partis et je suis très ouverte», confirme Valérie Plante, dans une entrevue accordée à Métro.

Ce nouveau comité exécutif devrait être quasi semblable, en termes de nombre, à celui de l’administration Coderre-Desrochers, qui comptait 12 conseillers, le maire et huit conseillers associés. Aucune annonce ne devrait néanmoins être faite avant l’assermentation des élus prévue le 16 novembre.

Ce comité, selon les volontés de Valérie Plante, sera paritaire, mais devrait représenter les différents courants politiques au sein de la Ville. Si la 45e mairesse de la métropole veut ouvrir la porte aux élus issus des minorités, elle devra se tourner vers des membres d’Équipe Coderre.

Malgré la présence d’environ 23% de candidats issus des minorités visibles, un seul conseiller d’arrondissement a été élu [Younes Boukala à Lachine], mais ce dernier ne siège pas au conseil municipal, critère nécessaire pour intégrer le comité exécutif.

«C’est une petite déception, reconnaît Mme Plante. C’est tellement important et c’est un sujet qui me tient à cœur. C’est un sujet à considérer.»

Premier président haïtien du conseil municipal [entre 2013 et 2017], Frantz Benjamin, réélu dans Saint-Michel avec Équipe Coderre, espère que la nouvelle administration tiendra sa promesse. «Avoir un comité exécutif paritaire, c’est un beau message. Mais il faut aussi une représentation de la diversité montréalaise, indique-t-il. Il en va du caractère inclusif de notre ville. Il y a un message à envoyer à nos jeunes et à l’ensemble de la population.»

Ce dernier assure qu’il prendrait également «le temps d’écouter» en cas d’appel du parti adverse. «Durant ces quatre derniers années, j’ai travaillé avec les leaders de tous les partis, ajoute-t-il. Je suis ouvert pour avoir un conseil et un comité exécutif où l’ensemble des élus pourrait travailler ensemble, activement, pour les enjeux qui préoccupent les Montréalais.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!