Josie Desmarais/Métro

C’est maintenant chose faite. Montréal a officiellement sa première mairesse, puisque Valérie Plante a été assermentée jeudi après-midi, en compagnie de 101 autres élus municipaux.

«J’accepte humblement ce mandat de mairesse parce que je sais que vous serez là», a lancé Mme Plante à ses 101 confrères et consœurs élus, en les enjoignant de ne «jamais perdre de vue ceux qu’ils servent».

À noter qu’en raison d’un recomptage, personne n’a été assermenté comme conseiller d’arrondissement dans le district de La Pointe-aux-Prairies.

Jurant qu’elle avait «un devoir de résultat», Valerie Plante a donné cinq défis à son administration: la mobilité, la sécurité, l’habitation, les services publics et le développement économique. «Notre premier engagement, ça va être définitivement au niveau de la mobilité rapide, a-t-elle assuré après la cérémonie. Avec 51% du vote, les Montréalais m’ont envoyé un message clair.»

La nouvelle mairesse a axé son discours sur l’innovation et la modernité, en insistant sur le fait qu’on «ne pouvait plus penser la ville comme on le faisait il y a 30 ans».

Si elle a dit que «nous ouvrons un nouveau chapitre», elle a toutefois reconnu qu’il faudra «quelques mois» aux Montréalais avant de voir des changements. «En même temps, on va poser des gestes par rapport à la transparence, comme le registre des visiteurs», a-t-elle ajouté.

«Je demande aux Montréalais de s’impliquer dans les affaires de la ville, parce cette ville ne m’appartient pas, ni aux élus qui siégeront au conseil municipal ou au comité exécutif. Elle appartient aux Montréalais et Montréalaises.» –Valérie Plante

Mais ses prochains gestes seront assurément de former son comité exécutif, une annonce «imminente», dit-elle, et de déposer un budget. Le président du comité exécutif, Benoit Dorais, a indiqué que ce serait fait après les Fêtes.

Le chef de l’opposition officielle, Lionel Perez, a déploré que Projet Montréal ait dit avoir un trou de 358 M$ dans le budget, une façon de baisser les attentes envers la nouvelle administration, selon lui. «C’est erroné. Si on consulte la documentation, c’est clair que ce n’est pas un déficit. Il y a des solutions proposées [par les fonctionnaires] pour y faire face», a-t-il dit.

M. Perez n’a cependant pas voulu attaquer davantage les promesses de sa rivale soulignant l’aspect «historique» de l’assermentation d’une première mairesse pour Montréal, «signe que les temps changent».

C’est en arborant son immanquable sourire que Valérie Plante a signé le livre officiel, en compagnie de son conjoint et de ses deux fils. Ceci est survenu quelques instants après que tous les élus eurent prêté serment à l’unisson, promettant d’accomplir leur travail «avec honnêteté et justice» et de respecter le code d’éthique. «Les Montréalais et Montréalaises s’attendent à ce que vous fassiez preuve d’intégrité», a mentionné le greffier de la Ville de Montréal, Yves Saindon.

Avant l’entrée des élus, et de la garde d’honneur composée de policiers et pompiers, la cérémonie s’est ouverte avec les Buffalo hat singers qui ont interprété un chant traditionnel en l’honneur des femmes. Kevin Deer, un aîné de Kahnawake, s’est également adressé aux nouveaux élus, leur disant que c’était le temps de la résurrection autochtone.

Valerie Plante a été élue le 5 novembre dernier avec 51% des votes. Le maire sortant, Denis Coderre, a pour sa part obtenu 45% des votes. Projet Montréal a saisi 34 des 65 postes du conseil municipal.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!