L’opposition officielle à l’hôtel de ville propose à l’administration Plante de créer une charte des chantiers afin de limiter, explique-t-elle, les impacts négatifs des nombreux travaux attendus à nouveau dans la métropole en 2018.

«Il y a beaucoup de chantiers à Montréal et il y en aura encore. Cette charte exigera des mesures de mitigation et favorisera l’acceptabilité sociale», a indiqué Lionel Perez, le chef intérimaire de l’opposition, en évoquant notamment de prochains travaux au centre-ville, principalement pour la rénovation de la rue Sainte-Catherine, suspendue cette année en raison des festivités liées au 375e anniversaire de la Ville.

Ancien responsable des infrastructures au sein de l’administration Coderre, ce dernier compte notamment lister les obligations de la Ville, mais aussi des entrepreneurs, qui pourraient faire face à des pénalités, afin de calmer la grogne des citoyens et des commerçants régulièrement touchés.

Cette charte, a détaillé le conseiller de Darlington, mettrait principalement en avant les échéanciers des travaux, la sécurité des piétons et cyclistes, l’accessibilité universelle ou encore les nuisances sonores.

Un agent de liaison pourrait par ailleurs être dédié à chaque chantier lourd, afin de faire le lien entre la Ville, les contractants et les citoyens, propose l’élu de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Un citoyen pourra-t-il attaquer la Ville si ces mesures ne sont pas respectées? Lionel Perez n’a pas souhaité s’avancer sur le sujet, avançant que les citoyens pourront contacter l’ombudsman de la Ville, qui offre déjà un recours pour les personnes se sentant lésées par une décision municipale.

Une charte en préparation sous Denis Coderre
Cette charte était en préparation «depuis un an et demi», a expliquer le conseiller de Darlington, qui va présenter une motion en ce sens à la prochaine assemblée du conseil municipal le 11 décembre.

Pourquoi n’était-elle pas au cœur du programme électoral de Denis Coderre? Une question de «choix», a précisé Lionel Perez. «Mais c’est toujours une bonne idée», a-t-il ajouté, mentionnant qu’il compte en faire «un petit cadeau à la nouvelle administration».

Durant sa campagne, Valérie Plante avait quant à elle promis de créer notamment une brigade d’inspection des chantiers pour surveiller la bonne gestion des travaux. Son cabinet n’a pas souhaité réagir, mais s’est montré surpris de ne pas avoir entendu parler de cette idée par le passé.

Cette année, Montréal a battu un record de travaux avec un investissement de 684M$ pour environ 700 chantiers. Près de 550 km de rues, égouts et voies cyclables ont été retapés. Aucune diminution n’était prévue pour 2018. L’ancien maire, Denis Coderre, avait souligné, il y a quelques mois, que des investissements massifs sont nécessaires jusqu’en 2022.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!