Josie Desmarais/Métro Le centre hospitalier Jacques-Viger

Des organismes pressent la Ville de Montréal de racheter l’ancien centre hospitalier Jacques-Viger afin de le rénover pour y loger dans le futur des familles, d’ex-itinérants, ainsi que des artistes.

L’ancien Institut des Sœurs de la Miséricorde, a été construit en partie il y a plus de 150 ans. Le bâtiment bordé par les rues Saint-Hubert, Saint-André, De la Gauchetière et le boulevard René-Lévesque faisait office de centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD), avant sa fermeture en 2012. L’édifice d’intérêt patrimonial situé entre Radio-Canada et l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est à l’abandon depuis et des organismes tentent de lui donner une nouvelle vocation.

«Le site appartient au ministère de la Santé via un CIUSSS [Centre intégré de santé et de services sociaux], explique Marc-André Fortin, de la Table de concertation du Faubourg Saint-Laurent. Avant de le vendre, ils doivent vérifier si un autre ministère ou une société parapublique est intéressé. Comme l’édifice ne semble pas avoir trouvé preneur, c’est devenu au tour de la Ville de Montréal de signifier son intérêt. Sinon, il sera offert au privé.»

Son organisme travaille depuis 2012, avec plusieurs partenaires, pour présenter un projet de relance pour l’édifice qui compte plusieurs ailes. La Maison du Père créerait 55 studios supervisés pour itinérants alors qu’une coopérative d’habitations offrirait 160 logements de 2 à 4 chambres. Ateliers créatifs Montréal proposerait de son côté une soixantaine de lofts d’artiste. Enfin, l’ancienne chapelle aurait une vocation muséale.

«Mis à part l’aspect muséal qui reste à boucler, on parle d’un budget total de 70M$», ajoute M. Fortin, qui est dans l’attente d’une rencontre avec le nouvel élu responsable du développement économique et social de l’administration Plante, Robert Beaudry. Le projet serait en partie financé grâce au programme Accès-Logis, dont la gestion doit être transférée à la Ville par le gouvernement.

Interrogé sur le projet, Robert Beaudry se dit ouvert. «La volonté politique et là, dit-il. Maintenant, on va rencontrer les partenaires pour vérifier si le projet est bien ficelé et ensuite on rencontrera le CIUSSS.»

Lorsqu’il oeuvrait dans le milieu communautaire, M. Beaudry a notamment participé à la transformation de l’ancienne église Sainte-Brigide-de-Kildare en centre culturel et social, qui offre aussi de l’hébergement à des personnes âgées et à des adolescents en difficulté.

«Ce genre de projets créé de l’emploi, rend les communautés plus fortes et tous les organismes qui y sont rentrés ont augmenté leur financement par la suite», mentionne M. Beaudry, qui dit vouloir donner plus de place à l’économie sociale à Montréal, sans toutefois négliger les autres secteurs de l’économie.

Selon Héritage Montréal, l’ancien centre hospitalier Jacques-Viger, dont la construction date de 1853, a une «valeur patrimoniale exceptionnelle».

AJOUT: Mardi, le CIUSSS Centre-Sud de Montréal, indiquait par la voix de son porte-parole Justin Meloche, être déjà en pourparlers avec la Ville, mais qu’il ne «pouvait pas à ce stade-ci divulguer d’information en lien avec les échanges avec la Ville».

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!