Chantal Levesque/Métro

L’opposition officielle à l’hôtel de ville de Montréal a dénoncé la décision prise vendredi par l’administration Plante de revoir le règlement sur le contrôle animalier mis en place par l’ex-maire Denis Coderre. Alors que les chiens de type pitbulls seront à nouveau autorisés dans la métropole, Mouvement Montréal y voit un problème de «sécurité».

«Il n’y aucun doute, la sécurité des Montréalais sera affectée», a clamé lundi Lionel Perez, chef intérimaire de Mouvement Montréal, le parti qui a pris la succession d’Équipe Coderre.

Ancien membre du comité exécutif dans l’administration de Denis Coderre, M. Perez avait participé à l’élaboration du nouveau règlement sur le contrôle animalier mis en place à Montréal à la fin de l’année 2016. Celui-ci interdisait notamment la présence de nouveaux chiens de type pitbull et forçait les détenteurs de ces animaux à obtenir un permis de garde spécial pour les conserver. Pour l’obtenir, un propriétaire devait, par exemple, fournir une attestation judiciaire prouvant qu’il n’avait commis aucune infraction criminelle au cours des cinq dernières années.

«Toutes les personnes qui ont un casier judiciaire pourront acheter un pitbull», a raillé Lionel Perez, avant d’assurer que ces chiens de type pitbull, qui représentent 3% des chiens à Montréal, sont responsables «de 40% des morsures».

«Cette décision va engendrer des risques concernant la sécurité publique de l’ensemble des Montréalais.» – Lionel Perez, chef de Mouvement Montréal

Le chef de l’opposition a également reproché à Projet Montréal de manquer «de gros bon sens» puisque le gouvernement du Québec, avec le projet de loi 128, compte interdire les pitbulls dans la province.

«C’est préoccupant, car dans quelques mois, l’administration Plante va devoir se raviser. Pourquoi dans ce cas aller de l’avant?» a questionné Lionel Perez.

Campagne de peur, selon Projet Montréal 
«Mme Perez essaie de faire peur aux gens», a souligné, en réponse, la mairesse de Montréal, Valérie Plante. Cette dernière avait promis, durant sa campagne électorale, de revenir sur ces dispositions du règlement animalier.

«[Ce règlement] a créé un faux sentiment de sécurité en ciblant particulièrement les pitbulls», a-t-elle repris, avant d’expliquer que les dispositions visant les chiens dangereux «sont conservées».

«Nous avons une vision globale sur le règlement animalier et pas une gestion à la pièce.» – Valérie Plante, mairesse de Montréal

«On veut faire appliquer correctement le règlement de la Ville de Montréal. Quelque soit la race, un chien impliqué dans une morsure aura un dossier ouvert et un suivi sera fait avec un inspecteur», a ajouté le conseiller Sterling Downey, l’un des élus en charge du dossier.

Ce dernier a mentionné que différentes mesures sont déjà prévues, à la suite de plusieurs suivis, allant de la muselière obligatoire à l’euthanasie, si nécessaire.

Ce changement au règlement animalier doit encore être entériné par le comité exécutif de la Ville de Montréal le 20 décembre. La nouvelle administration compte également présenter une nouvelle mouture de ce règlement au cours de l’année 2018.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!