Journal Métro

Quels sont les principaux défis de Valérie Plante en 2018?

Valérie Plante célèbre sa victoire électorale le 5 novembre 2017.

Près de deux mois après son élection, de nombreux défis attendent Valérie Plante, la nouvelle mairesse de Montréal. Passée cette victoire électorale, celle-ci va devoir mettre en place, petit à petit, les nombreuses promesses faites durant sa campagne afin de ne pas décevoir les attentes des citoyens. En ce début d’année, Métro fait le point sur quelques chantiers à venir pour son administration.

Budget
L’année 2018 de Valérie Plante va essentiellement dépendre du budget qu’elle aura à sa disposition et avec lequel elle devra astucieusement manœuvre. Quelques jours après son arrivée, la mairesse, en compagnie de Benoit Dorais, patron du comité exécutif, a dénoncé un manque à gagner de 358M$ dans les caisses de la Ville. Résultat, selon ces derniers, d’une mauvaise gestion de l’administration précédente. Ce budget 2018 sera déposé le 10 janvier et les grandes lignes de l’administration Plante-Dorais seront dévoilées. Ces derniers ont déjà promis de limiter la hausse des taxes à l’inflation. En 2017, Montréal disposait d’un budget de 5,2G$, soit une hausse de 2,8% par rapport à 2016.

Transports
Dès le premier conseil municipal suivant les élections, l’opposition avait demandé à Valérie Plante pourquoi elle n’avait pas lancé d’appels d’offres pour l’achat de 300 bus hybrides, tel que la mairesse l’avait promis durant sa campagne? Cette dernière avait répondu que des discussions avec Québec et Ottawa, pour le financement, étaient en cours. Fin décembre, elle a également promis que le mois de janvier «marquera un tournant» en termes de mobilité, puisqu’un appel d’offres devrait être lancé pour l’acquisition de ces véhicules.

Autre point chaud: la ligne rose de métro. L’administration a prévu d’étoffer ce dossier pour convaincre les différents paliers de gouvernement. Enfin, «la mairesse de la mobilité», tel qu’elle se définit, devrait aussi se pencher sur la construction de nouvelles pistes cyclables et sur la sécurisation du réseau existant. Elle avait notamment évoqué, durant sa campagne électorale, la mise en place de longs boulevards cyclables, à l’image de ce que l’on retrouve dans certains pays européens.

Rétention des familles
Ces derniers mois, Valérie Plante a multiplié les promesses pour tenter de conserver les jeunes familles à Montréal, alors que ces dernières privilégient de plus en plus les rives voisines, plus abordables financièrement. Pour les convaincre de rester sur l’île, elle a promis le remboursement de la taxe de bienvenue, payée pour tous ceux qui achètent une propriété, aux ménages ayant au moins un enfant, jusqu’à hauteur de 5000$. D’ici 2021, elle souhaite également construire 12 000 logements sociaux et abordables. Assurément, une partie d’entre eux devrait voir le jour en 2018. Reste néanmoins à voir les crédits disponibles, selon le nouveau budget de la Ville, sachant que son équipe avait aussi avancé l’instauration d’un tarif réduit dans les transports, pour les citoyens à faible revenu. Celui-ci devrait cependant être négocié avec l’Autorité régionale de transport métropolitain, en charge de la tarification des transports en commun.

Règlement animalier
Début décembre, l’administration Plante a décidé de suspendre les articles du règlement animalier mis en place par l’équipe de Denis Coderre visant spécifiquement les pitbulls. Concrètement, tout citoyen peut à nouveau de se procurer un tel chien à Montréal. Cependant, la Ville compte revoir ce règlement controversé, adopté fin 2016. Une nouvelle mouture devrait être présentée d’ici l’été et aucune mesure ne visera une race particulière, ont déjà avancé les élus de Projet Montréal.

Autre enjeu: le projet de loi 128, dans les cartons de Québec, qui souhaite, comme l’Ontario, bannir les pitbulls de la province. Si cette loi est adoptée, et à moins d’un accord avec la métropole, Montréal devra adapter une nouvelle fois son règlement. Enfin, le dossier du fameux centre animalier municipal, dont la création dans Saint-Michel patine depuis plusieurs années, devrait lui aussi revenir à l’ordre du jour.

Calèches
Au cours de sa campagne électorale, Valérie Plante a fait la promesse de bannir, petit à petit, les calèches du Vieux-Montréal. À ce jour, 24 permis ont été émis et ce chiffre devrait, graduellement, se réduire. La Ville, selon la volonté avancée par la mairesse, devrait racheter une partie de ces permis dès la prochaine saison touristique, ce printemps. La procédure reste néanmoins à définir. La construction d’une écurie municipale, comme le souhaitait Denis Coderre, semble en revanche abandonnée.

Baseball
Le retour éventuel des Expos sera assurément suivi à la loupe en 2018. Mais ce sujet ne dépend pas uniquement de Montréal. Comme l’indiquait par ailleurs Denis Coderre, un tel retour est conditionné aux dossiers de Tampa Bay et d’Oakland, qui pourraient déménager. L’hypothétique construction d’un nouveau stade devrait aussi ressurgir, puisque le patron du baseball majeur a déjà refusé de ramener, d’une manière permanente, une équipe au Stade olympique.