Mario Beauregard/Métro Formule E à Montréal, 2017

La première édition de la Formule E à Montréal aurait généré plusieurs millions de dollars de dettes.

Montréal, c’est électrique (MCE), l’organisme créé fin 2016 par la Ville de Montréal et l’administration de Denis Coderre pour organiser cet événement serait dans une situation financière difficile, selon un reportage de Radio-Canada.

MCE aurait utilisé une grande partie de la marge de crédit de 10M$ accordée par la Ville et devrait également encore plusieurs millions de dollars en droits de course à la Formule E.

«Nous allons recevoir au cours des prochains jours le rapport financier vérifié de MCE et nous allons rencontrer les dirigeants de la FE pour faire le point», a indiqué jeudi Marc-André Viau, le directeur des communications du cabinet de Valérie Plante.

«Nous aurons donc rapidement tous les éléments en main pour prendre une décision et divulguer toutes les informations au public», a-t-il repris. Aucune date n’a cependant été précisée.

Le budget de cette première édition, organisée fin juillet, avait estimé quelques mois avant la course à 24M$. Mi octobre, Québec avait accordé une nouvelle subvention de 1M$ pour appuyer cet événement. Une somme qui s’ajoutait aux 500 000$ déjà accordés par le gouvernement provincial.

Fin août, à l’occasion d’une séance du conseil municipal, l’administration Coderre avait promis qu’«aucun sou n’a été perdu et ce n’est pas notre intention de perdre des sous». Pierre Desrochers, ancien président du comité exécutif, en réponse à des relances de plusieurs élus des oppositions montréalaises, avait souligné que MCE «sera en mesure de complétement rembourser sa marge de crédit.»

Une entente de trois ans, avec une option pour trois années supplémentaires, avait été signée par la Ville de Montréal. La prochaine édition est par ailleurs prévue les 28 et 29 juillet 2018 à Montréal, mais le lieu reste pour l’instant inconnu.

Ces dernières semaines, la mairesse Plante avait confirmé ses promesses électorales, en indiquant que ces courses ne retourneront plus au centre-ville. Néanmoins, puisque des travaux de réfection sont à prévoir cet été sur le circuit Gilles-Villeneuve, l’administration étudierait une délocalisation du circuit dans un autre arrondissement. Le Technoparc, situé dans le secteur industriel de Saint-Laurent, est notamment l’une des options envisagées.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!