Journal Métro

Le précieux lait maternel en demande dans le grand Montréal

Héma-Québec recherche des mamans allaitantes de la grande région de Montréal qui souhaiteraient donner leur lait maternel, afin de venir en aide aux bébés nés prématurément.

Présentement, l’organisme compte sur  270 donneuses actives au Québec, mais souhaiterait atteindre une liste constante de 350 donneuses. Le recrutement doit pratiquement s’effectuer en continu à cause de la durée moyenne de l’allaitement, soit environ 6 mois.

«Il faut savoir que dès 12 mois d’allaitement, on ne prend plus le lait maternel, car la composition nutritionnelle du lait a changé et ne comble plus les besoins en terme médical», explique Laurent-Paul Ménard, porte-parole d’Héma-Québec.

En effet, le lait maternel sert notamment à prévenir une maladie grave du système digestif appelée entérocolite nécrosante, qui peut s’avérer mortelle, en plus des autres bienfaits cités dans plusieurs études scientifiques.

Pourquoi faire appel à la banque de lait d’Héma-Québec? Parce que plusieurs mères de bébé prématuré, parfois hospitalisées et médicamentées, ne peuvent fournir suffisamment de lait maternel ou ne peuvent tout simplement pas allaiter.

Actuellement, la banque de lait maternel d’Héma-Québec permet de soigner les bébé nés à 29 semaines et moins. «Idéalement, on souhaiterait pouvoir combler les besoins en lait pour les 32 semaines et moins», indique M. Ménard.

Les hôpitaux montréalais qui font appel à la banque de lait sont ceux qui offrent des soins de niveau 3 aux bébés naissants, soit le CHU Sainte-Justine, l’Hôpital de Montréal pour enfants du CUSM, l’Hôpital général juif, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et l’Hôpital Royal Victoria.

Qualité contrôlée

Les mamans qui ont un surplus de lait maternel, qui sont en bonne santé et sont non-fumeuses, peuvent s’inscrire sur le site Internet d’Héma-Québec sous l’onglet «Lait maternel».

Elles recevront ensuite la visite d’une infirmière qui effectuera une prise de sang. Puis, une trousse comprenant des bouteilles lui sera envoyée pour conserver le lait exprimé dans son congélateur. Lorsque la quantité accumulée l’oblige, la maman appellera Héma-Québec qui passera prendre le lait congelé.

Évidemment, le lait maternel est dûment pasteurisé et testé avant d’être donné aux bébés.

Fait intéressant, depuis le début de la banque de lait en 2014, la qualité du lait reçu s’est améliorée grâce à différents protocoles qui ont été mis en place: meilleures interventions auprès des mamans allaitantes, test sur chaque échantillon reçu plutôt que sur un lot de lait provenant de différentes sources et amélioration des équipements de laboratoire. Ainsi, un peu moins de 20% du lait maternel est rejeté, plutôt que 40% auparavant, souligne M. Ménard.

Pour information: www.hema-quebec.qc.ca