Mario Beauregard / Métro Le quartier général du SPVM

Le chef intérimaire du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Martin Prud’homme, souhaite qu’un «diagnostic sur le climat de travail» soit réalisé au sein de l’organisation policière.

Dans un document préparatoire d’une présentation sur sa stratégie de réorganisation qu’il doit faire dans deux semaines devant les élus montréalais, M. Prud’homme insiste sur sa volonté de faire du SPVM un «un modèle de professionnalisme» et «une organisation de confiance». Il entend mettre en place un plan de redressement «s’il y a lieu», après avoir analysé le climat de travail, précise le document.

Un rapport remis au ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, au début du mois de décembre, faisait état d’«enquêtes biaisées» et d’un climat «malsain» et «extrêmement tendu» au SPVM. C’est à la suite de cette publication que le chef de police, Philippe Pichet, a été relevé de ses fonctions et qu’il a été remplacé temporairement par Martin Prud’homme.

«Avec tout ce qu’il s’est passé au SPVM ces dernières années et ces derniers mois, c’est quelque chose qu’il fallait faire», a affirmé le chef de l’opposition officielle à l’hôtel de Ville, Lionel Perez, qui espère qu’il n’y a pas les «mêmes problèmes», au SPVM qu’à l’Unité permanente anticorruption (UPAC). «Il faut faire cette analyse et s’il y a des corrections à faire, il faut aller de l’avant rapidement», a-t-il ajouté.

Parmi les autres objectifs de Martin Prud’homme, notons celui de la «réduction significative» du nombre de cadres. Cette mesure avait déjà annoncée à la mi-janvier. «Il faut revenir à la mission première du service de police. Je veux ramener des policiers près de la communauté», avait-il déclaré en marge de la présentation du budget du SPVM à la Ville.

En plus de réduire le nombre de cadres, le nouveau chef de police veut revoir le processus de nomination de ceux-ci et mettre en place des «mécanismes permettant d’assurer l’équité et la transparence du processus lors du choix des candidats».

La division des affaires internes, pour laquelle l‘enquête ministérielle a été déclenchée, sera restructurée, est-il écrit dans la stratégie de M. Prud’homme. Des allégations visant des cadres étaient sciemment ignorées, avait noté l’enquêteur, Me Michel Bouchard dans son rapport rendu public en décembre, soulignant aussi l’existence de nombreux «traitements de faveur».

Le chef intérimaire de police présentera sa stratégie aux élus de la Commission de la sécurité publique de la Ville de Montréal le 27 février. Le public peut assister à cette séance et y poser des questions.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!