Pour affronter cet hiver rigoureux et particulièrement enneigé, la Ville de Montréal a décidé de louer dix nouvelles souffleuses haute puissance pour une durée de deux mois.

«L’hiver n’est pas fini, hélas. Il y aura d’autres tempêtes de neige et aux grands maux, les grands moyens», a clamé mercredi le maire de Verdun, Jean-François Parenteau, qui est aussi responsable du déneigement au sein de l’administration municipale.

Montréal a donc décidé de louer ce matériel pour un total de 5,3M$. «Ce n’est pas que je souhaite de la neige, mais on est prêt», a ajouté M. Parenteau.

Ces souffleuses, explique la Ville, permettront de maximiser la capacité d’entreposage de la neige sur les différents sites prévus à cet effet, alors que 184 centimètres de neige, au 12 février, sont déjà tombés sur le territoire montréalais. Habituellement, près de 190 centimètres de neige sont attendus.

En raison de l’abondance de neige, Québec a également autorisé, la semaine passée, la Ville de Montréal à déposer la neige sur le terrain de Solutia, à côté du parc Angrignon, dans l’arrondissement de LaSalle, ainsi que sur le site de l’ancien Hippodrome, situé à la limite de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Celui-ci étant fortement contaminé, l’administration municipale s’est montrée rassurante. La neige sera déposée sur les espaces de stationnement, qui sont déjà drainés et asphaltés, a précisé la Ville.

Un budget en forte augmentation
Cet hiver neige aura une incidence sur les finances de la Ville de Montréal. Outre la location de ces souffleuses, le budget consacré au déneigement est en train de fortement grimper.

Alors que la métropole avait budgété, en 2017, près de 157M$, la note va substantiellement augmenter cette année. Habituellement, cinq opérations sont envisagées pour enlever la neige des rues et de la chaussée. Cet hiver, six chargements ont été décrétés, poussant ainsi deux arrondissements à revoir leur facture.

Au cours de la prochaine séance du conseil municipal, lundi prochain, les élus montréalais vont voter une majoration d’environ 14M$ des différents contrats accordés par Rosemont–La Petite-Patrie et Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce.

Ces contrats, précisent des documents de la Ville, sont basés sur des précipitations moyennes de 190 centimètres de neige, calculées en fonction des 40 dernières années. Ils n’incluaient pas de contingences et un fonds «qui aurait permis de prendre en considération la variabilité des quantités de neige qui tombent d’une année à l’autre», peut-on lire. Or, depuis cinq ans, près de 212 centimètres de neige tombent en moyenne sur Montréal.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!