Robert Côté/TC Média Les bureaux de Construction Frank Catania ont été perquisitionnés pour une quatrième fois en cinq ans.

Trois anciens dirigeants du Groupe Catania pourront continuer à recevoir leurs salaires totalisant près de 1M$ par an, même si l’entreprise est en faillite.

La Ville de Montréal vient en effet de perdre en Cour supérieure. La Ville s’opposait à cette entente autorisée par le liquidateur, car elle alléguait que cette pratique la lésait des futures sommes revendiquées. En effet, la Ville poursuit Construction Frank Catania pour près de 24M$ afin de récupérer des sommes payées en trop à l’entreprise soupçonnée d’avoir participé au trucage des contrats publics au cours des dernières années.

En vertu de l’entente avec le liquidateur, Paolo Catania a reçu en 2017 un salaire de 468 156$. Deux autres anciens dirigeants de Construction Frank Catania ont reçu en 2017 des salaires pour leurs frais de consultation dans le cadre de la liquidation de l’entreprise. Il s’agit d’André Fortin (271 908$ en 2017) et Martin D’Aoust (234 500$).

Les poursuites judiciaires de la Ville contre le sulfureux entrepreneur, à l’origine du scandale du Faubourg Contrecoeur, ont déjà coûté plus de 300 000$. Mercredi les élus du comité exécutif voteront pour un montant supplémentaire de 100 000$ envers le cabinet d’avocat privé mandaté de représenter la Ville.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!