Josie Desmarais

À deux semaines du dépôt du budget du gouvernement du Québec, des étudiants en enseignement réitèrent leur demande afin que leur stage final, d’une durée de 10 à 18 semaines, soit rémunéré.

Ils ont organisé lundi une une manifestation devant les bureaux montréalais du ministère des Finances.

«Lors du stage de quatrième année, les étudiants prennent l’entièreté de la charge d’un enseignant. C’est d’autant plus difficile qu’il reste souvent des séminaires à suivre. Les étudiants font donc souvent 60 heures, sans possibilité d’obtenir d’autres sources de revenus, ce qui entraîne de la détresse psychologique»,  a mentionné Antoine Côté, le porte-parole de la Campagne de revendication et d’actions interuniversitaires des étudiant-es en éducation en stage (CRAIES).

Les étudiants demandent une rémunération de 576$ par semaine durant ce stage, ce qui représenterait une dépense gouvernementale de 20M$ par an pour les quelque 3900 stagiaires concernés chaque année.

«Si le gouvernement trouve de l’argent pour bien rémunérer ses amis médecins, pourquoi n’en trouve-t-il pas pour bien compenser ses stagiaires enseignants», se questionne M. Côté.

Lors de leur manifestation, les étudiants étaient habillés d’un sarrau blanc pour souligner le fait que seuls les médecins semblent avoir l’oreille du gouvernement libéral de Philippe Couillars. Munis de pupitres, ils voulaient mettre de l’avant la précarité de leur situation à travers une leçon d’économie.

«La ministre s’est déjà engagée publiquement à analyser cette demande, c’est ce que le ministère fait actuellement», répond Anne-Marie Dussault-Turcotte, attachée de presse de la ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David.

Actuellement, seuls les doctorants en psychologie reçoivent une bourse lors de leur internat de 1600 heures.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!