Josie Desmarais/Métro Jean-François Parenteau et Isabelle Melançon

C’est à Montréal que sera mené le premier projet-pilote de traçabilité des sols contaminés en temps réel, grâce à l’application Traces Québec.

Cette application permettra de savoir si les sols contaminés sont traités et disposés correctement grâce à la géolocalisation, ainsi qu’une «trace cryptée, confidentielle et archivée des sols déplacés», a souligné la ministre de l’Environnement Isabelle Melançon.

La cour de voirie Outremont, qui doit accueillir éventuellement un grand parc, servira de premier terrain test à partir de l’automne. Un appel d’offres sera lancé en mai pour le projet-pilote et inclura une clause qui oblige l’utilisation de l’application Traces Québec.

«On règle un problème de disposition illégale qui est un lourd passif environnemental, a affirmé lundi le président directeur-général de l’entreprise Réseau Environnement, Jean Lacroix, qui a élaboré l’application, avec WikiNet.

L’application utilisera un système de double vérification et de code QR pour éviter la falsification de documents, comme il s’est fait dans le domaine de la décontamination. «On a à notre connaissance le meilleur outil de traçabilité qu’on connaît», a estimé M. Lacroix, qui assure que le problème ne sera «pas déplacé».

Lundi matin, La Presse révélait que des membres du crime organisé étaient impliqués dans la disposition illégale de sols contaminés dans différents sites, notamment aux abords de rivières.

«C’est difficile de savoir ce qui nous échappe, a convenu la ministre. On est en train de fermer la brèche. Le projet-pilote est un premier pas et il faut s’assurer que d’autres pas soient franchis. Ce qui est important est que je puisse voir comment on pourra appliquer le tout à l’ensemble du Québec.»

Mme Melançon n’a toutefois pas dévoilé d’échéancier, mais a dit vouloir «bouger rapidement» et espère que cela prendra moins de cinq ans pour que le système soit généralisé. «Il y a d’autres municipalités qui nous ont signifié leur intention», a indiqué la ministre.

«Je n’ai pas d’échéancier précis, mais nos équipes regardent avec beaucoup d’intérêt l’application. Ça devrait se déployer assez rapidement.» –Valérie Plante, mairesse de Montréal.

Pour l’instant, les entreprises de décontamination peuvent tout de même utiliser Traces Québec sur une base volontaire. «Souhaitons que l’ensemble des appels d’offre incluent une clause de traçabilité», a espéré M. Lacroix, souhaitant aussi avoir de la concurrence dans le domaine.

Pour la mairesse de Montréal, Valérie Plante, il s’agit d’une réponse «concrète à un besoin concret». «Des sols contaminés, on en a à la tonne, a-t-elle soutenu. Juste en 2017-2018 la Ville a conclu des ententes totalisant 8M$ pour permettre aux arrondissement d’éliminer des sols contaminés. Montréal doit aussi dépenser plusieurs millions par année pour éliminer les sols contaminés générés par les travaux.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!