Nicolas Ledain / TC Media Des riverains du secteur demandent à ce qu’un parc soit installé à la place de l’ancien garage de Taxi Diamond.

Un projet de construction de quatre immeubles à condos, décrié par de nombreux citoyens, a été adopté dans le chahut mardi soir au conseil d’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension.

Le projet consiste à la démolition de l’ancien édifice de Taxi Diamond, situé sur la rue Lajeunesse, et à la  construction de 24 unités de condos. Le comité consultatif d’urbanisme de l’arrondissement avait demandé en août dernier de bonifier le projet afin qu’il soit soumis à l’administration élue au lendemain des élections municipales.

Des citoyens dénoncent ce projet depuis son commencement et réclament entre autre un parc plutôt que des condos. Mardi, certains d’entre eux ont exprimé leur inquiétude par apport à la hauteur des édifices qui sera de trois étages et par rapport à la sécurité, alors que quatre entrées de stationnement souterrain donneront dans la ruelle.

«C’est un vrai problème de sécurité. C’est une ruelle très étroite et les véhicules doivent se donner un élan sans voir où ils vont», a illustré Naomi Jolif. La citoyenne, qui habite à côté de l’édifice de Taxi Diamond, a expliqué que plusieurs enfants circulent dans cette ruelle et qu’elle aurait souhaité avoir une ruelle verte.

Après que le promoteur eut apporté des modifications, le comité de démolition de l’arrondissement avait recommandé d’aller de l’avant avec le projet en janvier. Toutefois les citoyens mécontents avaient interjeté cette décision en appel.

Mardi, les cinq élus de l’arrondissement ont décidé de rejeter l’appel et de suivre la recommandation du comité de démolition après avoir délibéré à huis clos pendant plusieurs minutes.

Cette décision a provoqué l’ire de citoyens dans la salle. «Pourris câlisse», a d’abord lancé un citoyen, avant que les huées ne se fassent entendre. Des personnes présentes ont ensuite accusé les élus de participer à la gentrification du quartier et ont semé la cohue.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est intervenu pour expulser les citoyens et la séance du conseil a dû être suspendue. «En général les gens ont été coopératifs, mais deux arrestations ont été effectuées pour entrave au travail des policiers», a indiqué mercredi le porte-parole du SPVM, Jean-Pierre Brabant. Des accusations pourraient être déposées.

Des citoyens étaient également présents dans la salle pour s’opposer au projet Plaza Hutchison. Il s’agit d’un projet de condos envisagé tout près de la station de métro Parc, dans le secteur Parc-Extension. Celui-ci a été approuvé après l’expulsion des manifestants.

Des projets déjà «attachés»

«Un conseil d’arrondissement, c’est un lieu de débat. Ceci étant dit, il faut que ça se fasse de manière respectueuse», a commenté la mairesse de Montréal, Valérie Plante, mercredi.

Celle-ci a insisté sur le fait que les deux projets étaient de plein-droit car les promoteurs étaient déjà propriétaires des terrains. «Des projets immobiliers comme ceux-là. ça se travaille des mois et des mois à l’avance. Il aurait fallu que le zonage soit différent ou que des espace soient prévus à l’avance», a-t-elle plaidée, indiquant que les projets sont «attachés bien en amont».

«Ce sont deux projets qui montrent que les gens ne veulent pas être dépossédés de leur quartier. C’est une réalité, la gentrification se propage dans Parc-Extension et la population est préoccupée. Nous allons poser des gestes concrets pour s’assurer de conserver la mixité sociale dans nos quartiers, a promis Mme Plante. Nous avons décidé d’investir 17 M$ supplémentaires pour l’achat de terrains pour des projets mixtes.»

Le chef de l’opposition, Lionel Perez, a trouvé l’expulsion de citoyens «préoccupante». Deux des cinq élus de l’arrondissement sont membres de son parti, Ensemble Montréal. «C’est un dossier qui évolue depuis plusieurs mois. Il y a beaucoup d’études qui ont été faites. On se fie au choix des élus, mais on comprend que ça ne fasse pas l’unanimité», a-t-il dit, rappelant qu’il «encourage la participation citoyenne».

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!