Josie Desmarais/Métro Valérie Plante

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, rejette du revers de la main le projet du Parti québécois (PQ) de mettre le Réseau express métropolitain (REM) sur la glace. «Il faut aller de l’avant», a-t-elle clamé.

«On n’est plus à la période de conceptualisation. On a eu le débat il y a deux ans. La pépine arrive dans quelques semaines. Donc, à ce moment-ci, c’est la phase de réalisation», a-t-elle souligné, mardi, dans une mêlée de presse.

Selon la mairesse, «c’est un projet qui vient répondre à énormément de besoins» et qui est essentiel pour le développement économique de la métropole.

Mme Plante n’a toutefois pas rejeté les idées de Jean-François Lisée concernant le retour des tramways à Montréal. «On a décidé de miser sur la ligne rose parce que ça répond à des besoins très importants dans le nord-est et dans le sud-ouest. Mais s’il y a un projet de tramway qui émane, on n’est pas contre, bien sûr», a-t-elle précisé.

Valérie Plante s’est d’ailleurs réjouie que la mobilité et le transport collectif soient déjà au cœur des discussions alors que «la campagne n’est pas encore débutée». «On a peut-être lancé une mode lors de la campagne municipale, a-t-elle avancé. Tant mieux si tous les partis parlent de transport collectif.»

Le PQ a proposé mardi en matinée l’abandon pur et simple du REM pour réorienter l’argent vers un vaste réseau de bus rapides, de tramways et une bonification majeure des services de trains de banlieue pour desservir l’ensemble de la grande région métropolitaine.

L’ambitieux plan de transport en commun, baptisé «le grand déblocage», prévoit la création de neuf circuits de bus rapides dans l’Est et l’Ouest de Montréal, sur la Rive-Sud et sur la couronne Nord, cinq lignes de tramway desservant le secteur de l’hippodrome, l’aéroport international Pierre-Elliott Trudeau, l’Est de Montréal jusqu’à son extrémité et le boulevard Saint-Laurent.

Le cinquième service est un tram-express sur la Rive-Sud qui occuperait la voie réservée du pont Champlain, mais qui desservirait également le boulevard Taschereau et se rendrait jusqu’à l’aéroport de Saint-Hubert dans une direction et jusqu’à Saint-Constant dans l’autre.

Quant aux trains de banlieue, le plan du PQ prévoit des ajouts de gares et de départs sur la quasi-totalité du réseau, de même qu’une desserte plus éloignée pour certaines lignes, soit jusqu’à Saint-Hyacinthe pour la ligne de Mont-Saint-Hilaire, jusqu’à Saint-Jean-sur-Richelieu pour ligne de Candiac, jusqu’à Joliette pour la ligne Mascouche et la ligne Vaudreuil-Hudson se rendrait jusqu’à Coteau-du-Lac.

Le PQ soutient que tout ce plan peut être réalisé pour le même prix que le REM, soit 7,4G$. Il mise sur une participation de la Caisse de dépôt et placement du Québec à la même hauteur que pour le REM, soit 3G$, à défaut de quoi il estime être en mesure de dégager les sommes équivalentes avec la réduction des paiements de la dette, un financement plus élevé d’Ottawa et le Fonds vert.

Une inconnue importante demeure, toutefois: le coût d’annulation des contrats déjà engagés par la Caisse qui est confidentiel.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!