Archives Métro Stéfanie Trudeau

La Ville de Montréal a décidé de compenser à hauteur de 75 000$ les quatre citoyens qui ont été arrêtés brusquement en octobre 2012 par l’ancienne policière, Stéfanie Trudeau, aussi connue comme étant «Matricule 728», selon une entente hors cour.

«C’était dans l’intérêt de tout le monde, a affirmé jeudi la mairesse de Montréal, Valérie Plante. C’est une situation malheureuse qu’on ne souhaite pas qui se reproduise.»

Le 2 octobre 2012, en soirée, Mme Trudeau a interpellé Rudi Occhietti, qui avait une bière à la main sur l’avenue Papineau. Rapidement, l’intervention policière a dégénéré. Des images de l’altercation, qui a été filmée avec un téléphone, ont été diffusées par Radio-Canada, démontrant la violence verbale et physique des arrestations.

Les accusations portées contre Serge Lavoie, Simon Pagé, Karen Molina et Rudi Occhietti, notamment pour entrave au travail des policiers et intimidation, ont été par la suite annulées.

Les quatre amis réclamaient en tout 395 000$ pour «des préjudices corporels et des dommages moraux» dans une poursuite judiciaire intentée devant la Cour supérieure, avant que l’entente hors cour ne soit convenue.

Stéfanie Trudeau a quitté le Service de police de la Ville de Montréal en 2015. Elle a été reconnue coupable de voies de fait sur Serge Lavoie en février 2016. Elle a tenté d’interjeter ce jugement en appel, mais la Cour supérieure a refusé.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!