Archives Métro Stéfanie Trudeau

MONTRÉAL — La Ville de Montréal a dédommagé à la hauteur de 75 000 $ les quatre citoyens brutalisés en 2012 par l’ex-policière Stéfanie Trudeau, mieux connue par le surnom «matricule 728».

En vertu d’un règlement à l’amiable, les plaignants ont abandonné leur poursuite au civil, amorcée il y a près de cinq ans, en échange de ce montant et d’une lettre de la Ville regrettant le préjudice qu’ils ont subi.

Les demandeurs ont été indemnisés pour une intervention du Service de police de la Ville de Montréal qui avait dégénéré dans une affaire de consommation d’alcool sur la voie publique, en octobre 2012.

L’ex-agente Stéphanie Trudeau avait interpellé un citoyen qui se trouvait à l’extérieur de son local, sur le Plateau Mont-Royal, une bière à la main, alors qu’il ouvrait la porte à un ami.

Lorsqu’elle avait demandé à Rudi Ochietti de décliner son identité et que celui-ci lui avait demandé pourquoi, la policière l’avait maîtrisé de force, alléguant un refus de s’identifier.

Puis, un ami de M. Ochietti, Serge Lavoie, avait commencé à filmer la scène et à insulter la policière; elle s’était ensuite lancée à sa poursuite pour le rattraper dans l’escalier menant au local de la rue Papineau, l’empoignant au cou à deux reprises. La justification de cette intervention était qu’il entravait son travail.

En 2016, cette arrestation musclée lui avait valu une peine de 12 mois à purger dans la communauté et 60 heures de travaux communautaires après avoir été condamnée pour voies de fait sur un citoyen.

Reconnue coupable de plusieurs autres infractions déontologiques, elle avait quitté le SPVM un an plus tôt.

Jeudi, la mairesse de Montréal a accueilli favorablement l’entente à l’amiable.

«Je pense que c’était dans l’intérêt de tout le monde, a-t-elle déclaré. C’est une situation qu’on ne veut pas qui se reproduise. C’est une situation qui est malheureuse et à ce moment-ci, trouver une entente à l’amiable, c’était la meilleure chose à faire. »

Les plaignants réclamaient initialement 395 000 $.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!