En blague, Luc Ferrandez a fait semblant de dormir lors du conseil municipal de mardi matin.

Après la publication d’une vidéo qui semble le montrer assoupi au conseil municipal, le maire du Plateau-Mont-Royal, Luc Ferrandez, s’en est pris aux journalistes de TVA et du 24 heures mardi.

Lundi soir, lors de la séance du conseil municipal, M. Ferrandez a fermé les yeux et penché la tête vers l’arrière pendant une prise de parole de son collègue d’Hochelaga, Eric Alan Caldwell.

Une photo, d’abord relayée par un ancien candidat d’Équipe Denis Coderre, Simon Robert-Chartrand, a fait le tour des réseaux sociaux. TVA a publié une vidéo de ce moment mardi matin et le 24 heures a relaté l’événement.

 

«Je ne t’accorderai plus d’entrevue, toi», a lancé Luc Ferrandez au journaliste de TVA Yves Poirier. Il a aussi accusé la journaliste Sarah Daoust-Braun, du 24 heures, de lui «manquer de respect» quand celle-ci lui demandé si s’assoupir en conseil municipal représentait un manque de respect envers les contribuables et ses collègues du conseil.

«C’est vous qui êtes toujours à la base de toutes ces affaires. Il faut que ça cesse», a déclaré l’élu. La semaine dernière, le Journal de Montréal a publié en une la nouvelle sur une contravention donnée à M. Ferrandez pour avoir roulé à contre-sens à vélo.

«Je ne me suis pas assoupi, j’ai fermé les yeux, a-t-il défendu. Si, quand je ferme les yeux dans un conseil, ça fait les médias nationaux, on a un problème de médias. Je suis un des élus qui travaille le plus fort, qui a le plus de responsabilités, qui est le plus présent à la fois dans les médias et à l’hôtel de ville.»

M. Ferrandez a ajouté qu’on avait le droit de fermer les yeux «dans un conseil de six heures alors qu’on dort quatre heures par nuit».

L’énervement du maire du Plateau Mont-Royal détonnait avec sa réaction des heures précédentes. En conseil mardi matin, blaguant avec d’autres élus, Luc Ferrandez a fait semblant de dormir pendant une nouvelle prise de parole d’Eric Alan Caldwell.

Le chef de l’opposition officielle, Lionel Perez, n’a pas voulu commenter sur l’événement comme tel. Toutefois, il a trouvé «préoccupant qu’un élu décide de boycotter un certain média». «En tant que porte-parole de l’administration il veut être sélectif parce qu’il n’aime pas ce que les médias ont dit sur un autre dossier. Ça c’est préoccupant. J’espère qu’il va se rétracter et qu’on va mettre ça derrière nous collectivement», a soutenu M. Perez.

En fin de journée, les responsables de communications du comité exécutif et de la mairesse ont assuré qu’il n’y aurait boycott et que Luc Ferrandez continuerait d’accorder des entrevues à tous les médias.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!